Le film à voir : Mademoiselle de Joncquières

«Mademoiselle de Joncquières» régale avec ses dialogues d’orfèvre et ses répliques détonantes. [© 2018 Moby Dick Films / Arte France Cinéma / Reborn Production]

Édouard Baer et Cécile de France se livrent une bataille amoureuse absolument savoureuse dans «Mademoiselle de Joncquières», adaptation du roman «Jacques le Fataliste et son maître» de Diderot par Emmanuel Mouret.

L’histoire se déroule dans la France du XVIIIe siècle. Vivant sur ses terres loin des méandres de la cour, la ravissante Madame de la Pommeraye héberge depuis des mois le Marquis de Arcis. Elle qui avoue n’être jamais tombée amoureuse, fini par céder aux avances de son courtisan réputé libertin. Et ce malgré le fait que ce dernier n’hésite pas à faire étalage de ses précédentes, et innombrables, conquêtes. Les années passent, et Madame de la Pommeraye ne peut que constater le désintérêt grandissant de celui qui, autrefois, ne jurait que par elle. Femme bafouée et déçue, elle entreprend de se venger en mettant en place une machination infernale en utilisant une artistocrate déchue et sa fille, Madame et Mademoiselle de Joncquières. Un piège dans lequel le Marquis de Arcis se jette tête baissée.

Film en costumes salué par la critique, «Mademoiselle de Joncquières» régale avec ses dialogues d’orfèvre et ses répliques détonantes. Le face-à-face amoureux entre Édouard Baer et Cécile de France donne à l’ensemble une dimension exaltante tant ils maîtrisent les subtilités de leur personnage respectif. On saluera également la performance de Laure Calamy (Dix pour cent), formidable dans le rôle de la confidente de Madame de la Pommeraye, un personnage qui n’existe pas dans le roman de Diderot, mais qui se révèle indispensable dans le long métrage.

Mademoiselle de Joncquières, le 24 septembre à 21h sur Canal+, et sur MyCanal.

À suivre aussi

Télévision Halloween : 10 programmes TV pour frissonner
Série Netflix dévoile les coulisses du tournage de «El Camino : un film Breaking Bad»
Bon à savoir Pourquoi un mauvais film est-il aussi appelé un «navet» ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles