Céline Lazorthes : "Je ne pouvais pas envisager de faire autre chose"

Céline Lazhortes, fondatrice du site Leetchi[DR]

Elle a révolutionné la collecte de cagnottes pour les évènements.

 

Copyright Business O Feminin, tous droits réservés 

 

C’est à tout juste 26 ans, un diplôme d’HEC en poche, que Céline Lazorthes décide de se lancer toute seule dans l’aventure de entrepreneuriat et fonde Leetchi en 2009, un service de paiement en ligne permettant la collecte d’une cagnotte. Quatre ans plus tard, plus d’un million de personnes lui ont fait confiance. A ce jour, Céline Lazorthes a levé plus de 5,6 millions d’euros et Leetchi est devenu internationale. Rencontre avec cette jeune entrepreneuse au parcours hors-norme.

 

Comment vous est venue l’idée de créer le concept de Leetchi ?

Céline Lazorthes : Lorsque j’étais étudiante à HEC, je me suis occupée d’organiser le week-end d’intégration de ma promo. Je devais collecter la participation de tous mes camarades, qui s’est avérée être un véritable périple. Après cette expérience malheureuse, je me suis dis qu’il y avait forcément un site qui permettait de gérer de l’argent en ligne pour un groupe de personnes et j’ai découvert qu’il n’y en avait pas. J’ai ensuite trouvé plein d’événements permettant d’utiliser un outil comme celui-ci, que ce soit pour organiser des cadeaux d’anniversaires, des pots de départs, des enterrements de vie de jeune fille… C’est ce qui m’a poussé à entreprendre dès la sortie de l’école : le besoin de ce service était tellement évident que je ne pouvais pas envisager de faire autre chose.

 

Comment avez-vous démarré l’aventure ?

Céline Lazorthes : Au démarrage, il s’agissait de valider le besoin et le concept. J’ai fait une enquête de satisfaction pour m’assurer que le service pouvait répondre à une demande. Puis, j’ai déposé un dossier pour obtenir une aide jeune entrepreneur permettant la subvention du projet. Ce service n’existe malheureusement plus. Une fois mes études de données et collectes d’informations terminées, je suis passée à l’exécution en réalisant un prototype du site afin de réellement valider la demande. Je me suis alors lancée dans le développement du site et chose importante, j’ai été soutenue dès le début par l’ensemble de mon entourage.

 

Comment avez-vous fait pour faire connaître Leetchi à ses débuts ?

Céline Lazorthes : N’ayant pas beaucoup d’argent, j’ai été obligée de trouver des moyens pas chers pour démarrer le projet. J’ai donc simplement lancé le service auprès de mon réseau dans un premier temps qui a lui-même commencé à l’utiliser avec son propre entourage. J’ai également présenté ce service à la communauté d’entrepreneurs que je m’étais faite. Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter m’ont permis de communiquer sur le lancement. En parallèle, avec mon équipe nous avons fait beaucoup de travail pour présenter le concept à la presse et bénéficier d’un avis sur le produit.Une fois que nous avions obtenu les 10 000 premiers clients de manière gratuite et que nous avions retravaillé toute l’expérience produit grâce à leurs retours, nous avons commencé à investir dans le marketing. (...)

 

Lire la suite de l'interview de Célline Lazorthes

 

Hapsatou Sy ou l'adrénaline du grand saut

Portrait : Kenza la modeuse 2.0

Véronique Forge : Business O Féminin "pour celles qui entreprennent"

Rencontre avec Mathilde Lacombe, cofondatrice de Birchbox

Vous aimerez aussi

Interview Karin Viard : «Le cinéma participe à éveiller les consciences»
Interview Christophe Michalak et Action contre la Faim s'engagent contre la faim comme arme de guerre
François Gabart a terminé deuxième de la Route du Rhum au terme d’un incroyable scénario.
Route du Rhum François Gabart : «Cette 2e place est aussi belle qu’une victoire»

Ailleurs sur le web

Derniers articles