Areva : l'Etat se prononce pour la cession des réacteurs à EDF

[ARCHIVES AFP]

L'électricien public EDF "a vocation à devenir actionnaire majoritaire" de l'activité réacteurs d'Areva, et l'Etat "recapitalisera" l'ex-fleuron du nucléaire "en investissseur avisé, à la hauteur nécessaire", a annoncé mercredi l'Elysée.

 

Quelques heures après une réunion de François Hollande, du Premier ministre Manuel Valls, et des quatre ministres concernés par le dossier, le gouvernement donne donc son aval à la proposition d'EDF de reprendre la majorité d'Areva NP, la division réacteurs du spécialiste du nucléaire en difficulté.

"Dès à présent, les activités de conception, gestion de projets et commercialisation des réacteurs neufs d'EDF et d'Areva seront rapprochées dans une société dédiée", a expliqué l'Elysée dans un communiqué. Ces activités rassemblent environ 1.200 personnes, sur 44.000 salariés. "Ce rapprochement permettra une politique d'exportation ambitieuse et le renouvellement futur du parc nucléaire français", selon le communiqué.

 

EDF actionnaire majoritaire d'une filliale commune

Ensuite, "sous réserve de la conclusion d'un accord de partenariat stratégique global avec Areva, EDF a vocation à devenir actionnaire majoritaire de la filiale commune Areva NP, qui rassemble les activités industrielles de construction de réacteurs, d'assemblage de combustible et de services à la base installée. Areva conservera une participation stratégique avec un pacte d'actionnaires", poursuit le communiqué.Areva NP emploie environ 15.000 salariés.

Areva et EDF, détenus respectivement à 87% et 84,5% par des capitaux publics "finaliseront les principes de ce projet dans un délai d'un mois", selon l'Elysée. "L'enjeu, c'est non pas de répondre simplement à une difficulté financière que pourrait rencontrer Areva, mais de pouvoir restructurer l'ensemble de la filière pour la doter d'une nouvelle perspective", a indiqué l'entourage du président François Hollande.

 

6.000 suppresions de postes

Le groupe Areva a accusé une perte nette de près de 5 milliards d'euros en 2014, en raison notamment d'importantes dépréciations d'actifs. Parallèlement à un plan de cession d'actifs, il a engagé un plan d'économies qui pourrait se traduire par la suppression de 6.000 postes dans le monde, dont 3.000 à 4.000 en France. Les représentants des syndicats d'Areva sont actuellement reçus, depuis 18 heures, par le directeur général du groupe, Philippe Knoche.

 

Vous aimerez aussi

Insolite Saint-Brieuc : il reçoit une facture d’électricité de 14.406 euros
L'EPR de Flamanville, dans la Manche, le 02 février 2018 [CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives]
Polémique Davantage d'EPR ? Un rapport attise le débat sur le nucléaire en France
Les salariés d'EDF mobilisés contre la privatisation des barrages
Économie Les salariés d'EDF mobilisés contre la privatisation des barrages

Ailleurs sur le web

Derniers articles