Gaspillage alimentaire : Royal souhaite une réunion "dans les 10 jours"

La ministre de l’Écologie Ségolène Royal. [AFP]

La ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, a annoncé lundi qu'elle réunirait "dans les dix jours" les représentants de la grande distribution pour leur demander "par contrat" de changer leurs pratiques afin de lutter contre le gaspillage alimentaire.

 

"Il est très important de lutter contre le gaspillage alimentaire à un moment où tout le monde n'a pas les moyens de se nourrir correctement", a déclaré Ségolène Royal sur iTÉLÉ, après l'invalidation par le Conseil constitutionnel d'une mesure qui interdisait aux distributeurs de rendre délibérément impropres à la consommation des produits alimentaires invendus.

"Il est inadmissible que les grandes surfaces détruisent des stocks alimentaires notamment en mettant de l'eau de Javel dessus", a-t-elle dénoncé.

La Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) s'est insurgé en faux contre cette affirmation, rappelant que la grande distribution "fait déjà énormément pour lutter contre le gaspillage et qu'elle est aujourd'hui déjà le premier donateur aux associations avec l'équivalent de 120 millions de repas distribués par an".

Selon Mathieu Pecqueur, le directeur agriculture et qualité en charge de lutte anti-gaspillage à la FCD, la grande distribution en France "gaspille peu et ne représente qu'entre 5 et 10% du gaspillage au niveau alimentaire".

 

Les particuliers, plus gaspilleurs que les grandes surfaces

Un rapport remis en avril par l'ancien ministre Guillaume Garot a montré que même si les chiffres varient selon les sources (ministère de l'Écologie, UE, missions...), la grande distribution arrive loin derrière les particuliers et la restauration en terme de gaspillage alimentaire. Elle gaspille entre 562 et 750 kilotonnes par an, contre 1.080 pour la restauration et entre 2.212 et 6.323 pour les ménages.

Le conseil constitutionnel a retoqué un article concernant le gaspillage alimentaire dans la loi sur la transition énergétique qu'il a par ailleurs validée jeudi. Cet article stipulait notamment que les distributeurs "ne peuvent délibérément rendre leurs invendus alimentaires encore consommables impropres à la consommation".

 

"Changer les pratiques"

"Je ne vais pas en rester là", a assuré la ministre de l'Écologie qui a dit que les grandes surfaces "s'attendaient au vote de ce dispositif". "Je vais donc réunir dans les dix jours qui viennent les grandes surfaces pour les mettre devant leurs responsabilités", a-t-elle dit.

"Je vais leur demander, et c'est l'opinion publique qui jugera, de signer un contrat avec la ministre de l'Écologie que je suis pour s'engager à changer leurs pratiques", a ajouté Mme Royal.

"Il vaut mieux finalement de bonnes pratiques, parce que c'est plus rapide, que des lois qui vont mettre du temps", a-t-elle conclu.

La FCD s'est quant à elle déclarée prête à rencontrer la ministre "si le débat n'est pas biaisé". "Nous sommes des acteurs vertueux dans la lutte contre le gaspillage et nous avons des bonnes pratiques à faire valoir", a souligné M. Pecqueur.

 

 

Vous aimerez aussi

Pêchés en masse, un certain nombre de poissons sont trop petits pour être vendus à la consommation.
Gaspillage alimentaire Un tiers des poissons sont pêchés pour rien, avertit l'ONU
Le gaspillage alimentaire au c?ur du débat
mesures Le gaspillage alimentaire au cœur du débat
Le Premier ministre Édouard Philippe lors de sa visite de l'usine Seb de Mayenne (ouest) le 23 avril 2018 [CHARLY TRIBALLEAU / AFP]
Environnement Le gouvernement annonce un «plan antigaspillage et antidéchets»

Ailleurs sur le web

Derniers articles