Le déficit commercial se réduit grâce à la chute du pétrole

Le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Matthias Fekl, lors de la présentation des chiffres sur le déficit commercial en France en 2015, à Paris, le 5 février 2015  [ERIC PIERMONT / AFP] Le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Matthias Fekl, lors de la présentation des chiffres sur le déficit commercial en France en 2015, à Paris, le 5 février 2015 [ERIC PIERMONT / AFP]

Le déficit commercial français s'est une nouvelle fois réduit en 2015, pour s'établir à 45,7 milliards d'euros, grâce à la chute des cours du pétrole qui a permis d'alléger nettement la facture énergétique du pays.

Le déficit des échanges de biens de la France avec le reste du monde s'est réduit de 21,6%, ont indiqué vendredi les Douanes. Il était de 58,3 milliards d'euros en 2014. Si l'on inclut les services, le déficit s'établit à 9,4 milliards d'euros, contre 16,8 milliards en 2014, selon le Quai d'Orsay. Le déficit commercial recule pour la quatrième année consécutive, après avoir atteint un record historique de 74,5 milliards d'euros en 2011. 

A lire aussi : La France ne passera pas sous les 3% de déficit en 2017

La France n'a pas connu d'excédent commercial annuel depuis 2002. "80% de cette baisse est due aux évolutions que l'on constate sur les prix de l'énergie et au niveau de l'euro", autrement dit à des "facteurs exogènes", a reconnu le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Matthias Fekl, lors d'une conférence de presse. Il a toutefois souligné que les exportations avaient progressé "plus vite que le commerce mondial".

le commerce extérieur en 2015 [INFOGRAPHIE, vl/jmc/sim / AFP]
Photo ci-dessus : le commerce extérieur en 2015

 

Celles-ci ont augmenté de 4,3% en 2015, soutenues par les livraisons aéronautiques et automobiles, "particulièrement dynamiques", les ventes de produits de luxe ainsi que celles de biens d'équipement, selon les Douanes.

Les ventes d'Airbus ont atteint un "nouveau record", à 28,9 milliards, après 25 milliards en 2014. Celles d'automobiles ont augmenté particulièrement vers l'Espagne, où la croissance économique est soutenue par la consommation privée et l'investissement, et le Royaume-Uni.

Les exportations de produits agroalimentaires se sont redressées (+2,9%, après -1,0%), "tirées par les boissons, notamment les champagnes à destination des pays anglo-saxons, le Cognac aux Etats-Unis et les vins et spiritueux à la Chine".

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles