Indiens et écologistes occupent le barrage de Belo Monte en Amazonie

Des membres des communautés installées en Amazonie utilisent leur corps pour écrire le message "Arrêtez Belo Monte "sur le chantier du barrage au Brésil[AFP]

En pleine conférence de l'ONU sur le développement durable à Rio, 300 membres des communautés installées en Amazonie ont occupé à plus de 3.500 km de là le chantier du barrage de Belo Monte, un ouvrage géant au coeur de la forêt.

"Notre lutte est loin d'être finie. Notre appel au monde est pour que le fleuve reste en vie!", a déclaré Antonia Melo, responsable du Mouvement "Xingu vivant pour toujours", dans un communiqué.

L'objectif des manifestants, agriculteurs, pêcheurs, indiens et militants écologistes, est de dénoncer une fois de plus "les crimes sociaux et environnementaux commis par la construction de ces grands projets hydroélectriques en Amazonie".

Belo Monte est le premier d'une dizaine de barrages que le gouvernement brésilien veut construire dans la région pour assurer l'approvisionnement énergétique dont la sixième économie du monde a besoin pour croître.

Munis de pelles et de bêches, les manifestants ont ouvert un canal dans le chantier pour restaurer le cours naturel de la rivière Xingu alors que d'autres militants ont utilisé leur corps pour écrire le message "Pare Belo Monte" (Arrêtez Belo Monte).

Ils ont planté 500 boutures d'arbres açaï pour stabiliser les berges du Xingu et installé aussi 200 croix en bois pour rappeler tous ceux qui sont morts en défendant la forêt.

Le chef indien Raoni, 82 ans, connu dans le monde entier pour son combat en faveur de l'Amazonie et des peuples indiens, a demandé jeudi à Rio "l'arrêt" de la construction du barrage, à l'occasion de la conférence sur le développement durable Rio+20, qui s'est ouverte mercredi.

Le barrage de Belo Monte, en construction sur la rivière Xingu, pour un coût de près de 13 milliards de dollars, est l'ouvrage le plus important en cours d'édification au Brésil. Il fournira 11.233 MW, soit 11% de la capacité électrique installée du pays. Sa mise en oeuvre entraînera l'inondation d'une surface de 502 km2.

Les terres indiennes ne seront pas touchées, mais la construction du barrage risque de peser sur les communautés vivant aux alentours, qui ne pourront plus pêcher dans la rivière.

À suivre aussi

Le président brésilien Jair Bolsonaro le 16 août 2019 à Brasilia [EVARISTO SA / AFP]
Brésil Feux en Amazonie : Jair Bolsonaro se dit contre la «psychose environnementale» et les ONG
Amazonie Brésil : Jair Bolsonaro insinue que des ONG pourraient être à l'origine des incendies
Des touristes sur un chemin de randonnée qui fera partie du futur sentier de 8.000 à travers le Brésil, le 21 juillet 2019 à Rio de Janeiro [Ian CHEIBUB / AFP]
Environnement Au Brésil, un sentier de 8.000 km pour sauver la forêt atlantique

Ailleurs sur le web

Derniers articles