Pékin prend des mesures contre la pollution

Les habitants de Pékin sont contraints de porter des masques contre la pollution. [Wang Zhao / AFP]

Barack Obama verra-t-il un ciel bleu au-dessus de Pékin ? C’est ce qu’espèrent les autorités de la ville, mobilisées pour réduire la pollution de l’air avant l’ouverture du sommet Asie-Pacifique (Apec), qui doit réunir à partir de vendredi les dirigeants de la région.

 

Alors que la capitale chinoise est recouverte en quasi permanence par un épais brouillard, provoqué par les centrales à charbon, la circulation automobile et les usines, des mesures drastiques ont été annoncées pour diminuer la pollution de 30 à 40%. 

 
Une pollution permanente 
 
Les employés des services publics seront mis en congés pendant six jours, et un système de circulation alternée a été mis en place. Les usines situées dans les environs de la capitale ont été fermées, tous les chantiers ont reçu l'ordre de cesser les travaux et les véhicules transportant des matériaux de construction sont interdits de circulation.
 
Les habitants de la ville ont même reçu pour ordre de ne plus incinérer les vêtements des défunts, comme le veut la tradition en Chine.  
 
Ces mesures provisoires, qui dureront le temps du sommet, ne suffiront toutefois pas à purifier de manière durable l’air de Pékin. Le mois dernier, le taux de PM 2,5 (particules fines) par mètre cube avait atteint 400 microgrammes, alors que l’OMS préconise de ne pas dépasser 25 microgrammes.
 
Le 19 octobre denier, de vives critiques s’étaient ainsi abattues sur la ville, lorsque 30 000 coureurs avaient pris part au marathon de Pékin dans une atmosphère irrespirable. Nombre d’entre eux avaient été contraints de porter des masques antipollution. 
 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles