Des vents de 200 millions de km/h détectés près d'un trou noir

L'étude des vents quasar permet notamment de mieux comprendre la formation de la galaxie (illustration). L'étude des vents quasar permet notamment de mieux comprendre la formation de la galaxie (illustration). [M. KORNMESSER / ESO / AFP]

Des astrophysiciens de l'université d'York à Toronto (Canada) ont annoncé avoir détecté les vents quasar les plus rapides de l'histoire près d'un trou noir supermassif.

"On parle de vents spatiaux qui vont à une vitesse équivalente à 20 % de celle de la lumière, soit un peu plus de 200 millions de kilomètres par heure", a précisé Jesse Rogerson, responsable de l'étude menée par le département de physique et d'astronomie de l'université canadienne. "Une force semblable à celle d'un ouragan de catégorie 77 (selon l'échelle de Saffir-Simpson - à titre de comparaison, l'ouragan Katrina était de catégorie 5). Et nous avons des raisons de croire qu'il existe des vents quasar encore plus rapides."

A lire aussi : Le trou noir géant qui intrigue les astronomes

Quelques clefs pour comprendre : quand on parle de vents de l'espace, on parle généralement de vents solaires - ces jets de plasma émis par le soleil - ou de vents dits "quasar", découverts par la science dans les années 1960. Les quasars sont les disques de gaz chaud se formant autour des trous noirs supermassifs, lesquels sont théoriquement au centre de chaque galaxie de l'univers. Ils peuvent atteindre une taille supérieure à l'orbite terrestre autour du Soleil, sont plus chauds que la surface de notre étoile et constituent les objets les plus brillants de l'univers - ce qui les rend donc observables. Or, lorsque les trous noirs "avalent" la matière de l'espace, une partie de celle-ci est rejetée par la chaleur et la lumière du quasar : ce sont les vents quasar que les astrophysiciens ont détectés.

Des vents qui participent à la formation de la galaxie

Pour ce faire, Jesse Rogerson et son équipe ont collecté les données du Sloan Digital Sky Survey (SDSS), un programme de relevé des objets célestes utilisant un télescope optique. Après avoir observé 300 de ces vents à vitesse vertigineuse, ils ont sélectionné les 100 "meilleurs" et les ont étudié avec le Gemini Observatory à Hawai et au Chili.

A lire aussi : Que se passe-t-il quand on tombe dans un trou noir ?

"Les vents quasar jouent un rôle important dans la formation de la galaxie", a souligné Jesse Rogerson. "Quand les galaxies se créent, ces vents propulsent la matière et réduisent la création des étoiles. En d'autres termes, si ces vents n'existaient pas ou étaient moins puissants, alors nous verrions largement plus d'étoiles", a ajouté l'astrophysicien. Les résultats de la découverte ont été publiés en intégralité dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles