Fifa : de nouvelles accusations de corruption

Le siège de la FIFA à Zurich. [FABRICE COFFRINI / AFP]

Chaque jour apporte son lot de révélations concernant les affaires de corruption présumées au sein de la Fifa. 

 

Et les soupçons se rapprochent du président fraîchement réélu de l’organisation, Sepp Blatter. Le New York Times a ainsi affirmé ce mardi 2 juin que son bras droit, le Français Jérôme Valcke, a supervisé en 2008 le virement, en trois fois, de 10 millions de dollars (9,1 millions d’euros) sur des comptes gérés par l’ancien vice-président de l’organisation Jack Warner. 

Ce dernier a été inculpé la semaine dernière par la justice américaine, qui le soupçonne d’avoir perçu des pots-de-vin dans le cadre de l’attribution des coupes du Mondes 1998 et 2010. Les 10 millions de dollars évoqués par le New York Times auraient ainsi servi à acheter des voix avant l’attribution du Mondial 2010 à l’Afrique du Sud.  

 

La Fifa défend Valcke

Face aux accusations du quotidien américain, la Fifa a publié un communiqué dans lequel elle reconnaît le virement de la somme en question, tout en affirmant qu’il s’agissait d’une transaction légale. "En 2007, dans le cadre de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, le gouvernement sud-africain a approuvé un projet de 10 millions de dollars pour aider la diaspora africaine dans les Caraïbes", a indiqué l’organisation. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles