Echirolles : 12 gardes à vue pour "assassinats"

Les premiers résultats de l'autopsie des deux jeunes assassinés, vendredi soir, dans le quartier de la Villeneuve, dans la banlieue de Grenoble, sont tombés cet après-midi. [JEAN-PIERRE CLATOT / AFP]

Après l'assassinat des deux jeunes, vendredi soir, dans le quartier de la Villeneuve, dans la banlieue de Grenoble, 12 personnes ont été placées en garde à vue pour "assassinats".

Aucun des gardés à vue n'a reconnu les faits. Trois participants présumés, dans le meutre de Sofiane et Kevin, sont en fuite. Selon le procureur, ces trois individus pourraient être les plus intéressants.

Les gardés à vue sont tous de "très jeunes adultes", de 19 à 21 ans, et "la plupart ont des casiers judiciaires pour vol avec violences, violences avec armes et en réunion", a précisé le procureur.

Le procureur a précisé que Sofiane aurait reçu une trentaine de coups de couteau et Kévin entre 7 à 8 coups. 

 

"Violences extrêmes"

Un peu plus tôt dans la journée le Point, avait révélé que l'autopsie réalisée sur les corps des deux victimes était édifiante. Kevin a reçu huit coups par arme blanche et son visage présentait de nombreuses brûlures," laissant penser qu'il  a été victime de tirs de pistolet à grenaille" écrivent les médecins dans leur rapport.

Son ami Sofiane a été atteint de trente coups par arme blanche et présentait un traumatisme crânien qui pourrait avoir été provoqué par un coup de marteau.

Le rapport conclut à des "violences extrêmes" témoignant "d'un acharnement sur les deux victimes". 

 

"Auteurs de ces crimes odieux"

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est rendu sur place ce matin et a dénoncé le "massacre" des deux jeunes tués. "Ce crime ne peut pas rester impuni, il ne le restera pas", a déclaré le ministre.

François Hollande, venu avec Manuel Valls lundi soir à Echirolles à la rencontre des familles des victimes avait assuré que "tout était fait pour retrouver les auteurs de ces crimes odieux".

IVive émotion

Une marche blanche "à la mémoire de Kevin et Sofiane" est prévue mardi à 18h.

La mère de Kevin, Aurélie Noubissi, a indiqué vivre un "cauchemar éveillé". "Mais on est aussi réconfortés par l'élan de solidarité qu'il y a tout autour de nous. Mme Noubissi a demandé "réparation" et "justice" et un peu plus de sécurité pour son quartier. .

Dès lundi matin, plusieurs voix avaient appelé au calme dans la ville. "Nous appelons tous les élèves, tous les jeunes d'Echirolles et d'ailleurs, tous les parents, à la dignité et à l'apaisement", avaient déclaré lundi matin les professeurs du lycée Marie Curie d'Echirolles, où avaient été scolarisés les deux victimes.

A la suite d'une première dispute, Kevin, étudiant en master, et Sofiane, âgés tous deux de 21 ans, ont été lynchés vendredi soir à Echirolles, par un groupe d'une quinzaine de jeunes munis de manches de pioche, de marteaux et de couteaux. Aucune interpellation n'avait encore eu lieu lundi. Tout aurait débuté par une première dispute vendredi vers 17h entre Wilfried, petit frère de Kevin et un camarade, à la sortie du lycée.

 

Vous aimerez aussi

Le bidonville de West Point à Monrovia, au Liberia, le 6 septembre 2014 [DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives]
Pédophilie Liberia : une ONG américaine reconnaît des viols sur des filles dont elle s'occupait
Nordahl Lelandais : "Maëlys me voulait du mal"
Enquête Nordahl Lelandais : «Maëlys me voulait du mal»
Scandale Ronaldo accusé de viol : la relation était consentie selon la défense du joueur

Ailleurs sur le web

Derniers articles