Affaire Tapie : Richard restera à la tête d'Orange

Le patron d'Orange, Stéphane Richard, le 8 octobre 2009 à Bordeaux [Jean-Pierre Muller / AFP/Archives] Le patron d'Orange, Stéphane Richard, le 8 octobre 2009 à Bordeaux [Jean-Pierre Muller / AFP/Archives]

Stéphane Richard, mis en examen dans l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais, va être maintenu à la tête de l'opérateur Orange lors du conseil d'administration de lundi, grâce au soutien de l'Etat, affirment dimanche le JDD et le site internet du quotidien Le Monde.

Selon les informations du Monde, qui ne cite pas ses sources, l'Etat, en particulier le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a arrêté sa décision en faveur de M. Richard, après de nombreuses discussions ces dernières heures.

"L'Etat veut se donner du temps pour voir comment tout cela va évoluer", a indiqué de son côté, une source gouvernementale au JDD.

Les trois représentants de l'Etat, actionnaire à 27% de l'opérateur, s'apprêtent donc à voter pour le maintien à son poste du patron d'Orange, à l'occasion du conseil d'administration prévu lundi à 15H30, affirment les deux journaux.

Ces trois voix vont s'ajouter à celles des administrateurs indépendants, dont quatre au moins sur sept sont favorables à la reconduction de M. Richard, précise Le Monde.

Interrogé par l'AFP, Bercy n'a pas souhaité commenter ces informations, renvoyant au conseil d'administration de lundi.

Trois facteurs ont pesé dans la décision de l'Etat, à savoir l'intérêt de l'entreprise, le soutien d'une partie des syndicats et des cadres ainsi que le contenu de la mise en examen, ajoute le quotidien.

François Hollande avait quant à lui indiqué que le positionnement de l'Etat tiendrait compte d'"un seul critère: l'intérêt de l'entreprise, de ses salariés et de ses clients".

Stéphane Richard, l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, a été mis en examen mercredi pour "escroquerie en bande organisée" dans l'enquête sur l'arbitrage dont a bénéficié en 2008 Bernard Tapie dans son litige avec le Crédit Lyonnais.

Vous aimerez aussi

Guo Ping (c), l'un des présidents tournants du géant chinois des télécoms Huawei lors d'une conférence de presse à Shenzhen, le 7 mars 2019 [WANG ZHAO / AFP]
Télécoms Huawei contre-attaque en justice face aux Etats-Unis
L'administration américaine livre une bataille depuis plusieurs mois contre Huawei et ZTE, qu'ils accusent de cyberespionnage.
Espionnage La Maison Blanche veut interdire Huawei et ZTE aux Etats-Unis
technologie Internet sur mobile enfin disponible à Cuba

Ailleurs sur le web

Derniers articles