Soupçons de viol au Quai des Orfèvres : un policier reconnaît un rapport sexuel

Vue en date du 13 septembre 2013 de l'entrée du "36 quai des Orfèvres" à Paris   [Jacques Demarthon / AFP/Archives] Vue en date du 13 septembre 2013 de l'entrée du "36 quai des Orfèvres" à Paris [Jacques Demarthon / AFP/Archives]

Un des trois policiers soupçonnés dans une affaire de viol sur une Canadienne au 36, quai des Orfèvres à Paris a reconnu dans la nuit de vendredi à samedi, après avoir nié, avoir eu une relation sexuelle avec la plaignante, a appris l'AFP de source proche de l'enquête.

Ce policier a été déféré samedi devant la justice avec deux de ses collègues. Le parquet demande leur placement en détention provisoire. 

Une information judiciaire doit être ouverte pour viol en réunion et modification de l'état des lieux d'un crime. Le quatrième policier devait ressortir de sa garde à vue sans charges à ce stade.

L'affaire provoque une onde de choc au sein de l'institution policière. Le "36" est le siège de la PJ parisienne.

Les faits présumés se sont déroulés dans la nuit de mardi à mercredi. Selon des sources proches du dossier, la plaignante, âgée de 34 ans, affirme avoir rencontré les policiers de la BRI dans un pub irlandais du quartier Saint-Michel où beaucoup de policiers ont leurs habitudes.

Après une soirée arrosée, elle aurait selon ces sources accepté de les suivre dans les locaux de la BRI du "36", juste de l'autre côté de la Seine. C'est en ressortant, visiblement sous le choc, qu'elle a affirmé à l'agent de faction avoir été violée. Sa plainte a rapidement été recueillie au commissariat du IVe arrondissement.

À suivre aussi

Enquête Fausse arrestation de Dupont de Ligonnès : une enquête IGPN ouverte
Justice Nordahl Lelandais visé par une nouvelle plainte pour «meurtre»
Enquête Attaque à la préfecture de Paris : levée de deux des cinq gardes à vue

Ailleurs sur le web

Derniers articles