Le ministre de la Défense à Rennes pour le 70e anniversaire de la Libération

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian (c), le préfet de la région Bretagne Patrick Strzoda (g) et la maire de Rennes Nathalie Appere pour le 70 ème anniversaire de la libération de Rennes, le 4 août 2014 [Miguel Medina / AFP] Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian (c), le préfet de la région Bretagne Patrick Strzoda (g) et la maire de Rennes Nathalie Appere pour le 70 ème anniversaire de la libération de Rennes, le 4 août 2014 [Miguel Medina / AFP]

La commémoration est "essentielle", a estimé lundi à Rennes le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, venu célébrer les 70 ans de la libération de la ville le 4 août 1944.

"La commémoration, c'est essentiel car nous vivons une période de grande instabilité au niveau mondial (....) et la mémoire fait partie des moyens de se prémunir", a déclaré M. Le Drian à l'issue d'une cérémonie en présence d'anciens combattants.

"La paix n'est jamais acquise, elle demande une vigilance de tous les instants pour la sauvegarder (...). L'Europe a permis la paix (....) et elle est indispensable pour la garantie de la paix", a-t-il poursuivi.

Le ministre a rappelé que le premier mort de la Libération était Breton -un membre des forces spéciales tué le 5 juin 1944 après avoir été parachuté dans le Morbihan-, tout comme les derniers, avec la libération de la poche de Lorient, le 10 mai 1945, soit près d'un an après le Débarquement.

Plusieurs dizaines de véhicules militaires de la Libération -jeeps, camions GMC, un char Sherman- ont été déployés toute la journée sur la place de la mairie, pavoisée pour l'occasion.

Les troupes américaines s'étaient emparées de la ville de Rennes le 4 août 1944, quelques jours après avoir fait sauter le "verrou d'Avranches", près du Mont-Saint-Michel, secteur qui commandait l'accès à la Bretagne.

 

 

 

 

Vous aimerez aussi

Histoire 1966, l'année où l'on a volé la Coupe du Monde
Histoire Quand a eu lieu le premier défilé du 14 juillet ?
Histoire Réalité virtuelle, tablettes… Quand le passé du château de Blois dessine le futur des visites numériques

Ailleurs sur le web

Derniers articles