Contre le "raz de marée de la misère", 5.000 enfants sur la côte normande

Des enfants venus d'Ile de France avec le Secours populaire jouent sur une plage d'Ouistreham (Calvados) le 20 août 2014 [Charly Triballeau / AFP] Des enfants venus d'Ile de France avec le Secours populaire jouent sur une plage d'Ouistreham (Calvados) le 20 août 2014 [Charly Triballeau / AFP]

Le président du Secours populaire a fait état d'"un raz de marée de la misère" en France, lors d'une journée de plage offerte à près de 5.000 enfants franciliens à Ouistreham (Calvados).

"Le raz de marée de la misère continue de gagner du terrain (...). Un gosse sur trois n'est pas parti en vacances" cette année, a déclaré Julien Lauprêtre lors d'une conférence de presse donnée à l'occasion de cette journée offerte par l'association à des petits Parisiens issus de familles vivant sous le seuil de pauvreté.

Selon M. Lauprêtre, les enfants sont chaque année plus nombreux à ne pas partir, malgré le nombre croissant de journées offertes par le Secours populaire.

"Cette année, tous les records seront battus. Trente-cinq journées identiques ont été organisées (en août). Le chiffre de 50.000 participants (enfants et adultes confondus) va être pour la première fois dépassé", a précisé cet homme à la tête du Secours populaire depuis plus de 50 ans.

Depuis deux ans, le Secours populaire se rapproche du seuil du million de journées de vacances offertes, contre 400.000 en 2012, a-t-il ajouté.

"C'est très bon. C'est très fort", s'est exclamé toute grelottante Hasa, 10 ans, en sortant de l'eau sous la pluie après son premier bain de mer de l'année, avant que le soleil ne se lève à la mi-journée. L'eau et l'air étaient à 18 degrés mercredi matin à Ouistreham mais le vent rendait la sortie de bain glaciale.

"Cet été, j'ai joué au foot chez moi ou je suis sorti avec des copains, c'était bien. Mais là, c'est mieux. Je suis content", ajoute Ibrahim, 14 ans, emmitouflé dans une serviette de bain, en admiration devant une démonstration équestre organisée sur la plage pour les Jeux équestres mondiaux qui commencent samedi dans la région.

Assa, 10 ans, réfugiée sous une toute petite tente, regrette de son côté la "douche chaude" de son logement dans l'Essonne.

Autre signe de la pauvreté croissante, que doit illustrer une étude Secours populaire/IPSOS sur la pauvreté qui sera publiée le 11 septembre, le nombre de repas distribués - 181 millions en 2013 - est aussi en constante augmentation.

Vous aimerez aussi

gilets jaunes Salariés au Smic : la hausse de 100 euros «dès le 5 février» via une prime d'activité élargie
Un "gilet jaune" à un rond-point à Saint-Beauzire (centre), salue les automobilistes, le 15 décembre 2018 [Thierry Zoccolan / AFP]
Social «Gilets jaunes» : Après la décrue de samedi, l'exécutif mise sur une sortie de crise
Social Gilets jaunes : la carte des stations essence en rupture de carburant

Ailleurs sur le web

Derniers articles