Hollande veut un PS "à l'unisson" de sa politique

Le président français François Hollande en conférence de presse après un sommet européen à Bruxelles, le 31 août 2014 [Alain Jocard / AFP] Le président français François Hollande en conférence de presse après un sommet européen à Bruxelles, le 31 août 2014 [Alain Jocard / AFP]

François Hollande a souhaité dimanche que le Parti socialiste soit "à l'unisson" de sa ligne politique et économique, même si cela "n'empêche pas le débat".

 

"J'ai besoin d'avoir un parti dans la majorité qui soit à l'unisson de ce que je propose", a affirmé le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles.

"Ca n'empêche pas le débat, ça ne coupe pas la discussion, mais elle doit être menée à bien dans la perspective que j'ai définie", a-t-il ajouté.

"Les Français ont besoin d'y voir clair", a encore fait valoir M. Hollande. Il a cependant éludé une question sur la présence controversée de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, samedi à réunion des "frondeurs" du PS à La Rochelle.

Interrogé sur un éventuel tournant social-libéral depuis le remaniement du gouvernement Valls, marqué par l'éviction de l'aile gauche et l'arrivée d'Emmanuel Macron au ministère de l'Economie, François Hollande a assuré qu'il n'avait "pas changé de ligne".

"La même ligne s'applique depuis que j'ai défini" après la remise du rapport Gallois sur la compétitivité de l'économie française en novembre 2012 "ce que devait être la politique économique, industrielle, sociale et de redressement des comptes publics de la France", a-t-il insisté.

Selon lui, "être social-démocrate, c'est être socialiste, et être socialiste, c'est être social-démocrate".

"Tous ceux qui font confiance à la gauche doivent comprendre que cette politique est faite pour la réussite de la France", a assuré le président. Il a réaffirmé sa volonté "de faire les réformes indispensables pour le pays, qui n'ont pas été fait depuis 10 ans ou 12 ans, sur la compétitivité, l'amélioration de la situation des entreprises, la justice fiscale et le redressement des finances de la France".

"Je n'ai pas besoin de faire des mouvements sur les mots, j'ai dit que j'étais social-démocrate, je l'ai toujours été, et c'est parce que je suis socialiste", a-t-il dit.

M. Hollande s'était clairement affirmé "social-démocrate", en janvier 2014, alors que quelques mois plus tôt, en mai 2013, il se définissait encore comme "un socialiste qui veut faire réussir la France".

À suivre aussi

Anne Hidalgo, candidate non officielle encore à sa propre réélection, accompagnée par son adjoint chargé de la culture, Christophe Girard.
Municipales 2020 Municipales à Paris : les investitures PS en cours d'officialisation, arrondissement par arrondissement
Valérie Rabault : «Entrer dans le débat comme le fait le président, c'est une manière populiste»
Politique Valérie Rabault : «Entrer dans le débat comme le fait le président, c'est une manière populiste de le faire»
Élection européennes : la répartition des sièges au Parlement européen
Politique Élections européennes : la répartition des sièges français au Parlement européen

Ailleurs sur le web

Derniers articles