Le projet de loi antiterrorisme examiné à l'Assemblée

L'Assemblée nationale[AFP] L'Assemblée nationale[AFP]

Examiné à partir de lundi, ce texte, qui vise notamment à empêcher les résidants français de partir faire le jihad au Moyen-Orient, devrait même être approuvé par l'opposition.

 

"Le texte est un peu musclé",  reconnaît son rapporteur socialiste, le député Sébastien Pietrasanta. Mais le projet de loi antiterroriste, examiné en urgence à partir de lundi à l’Assemblée nationale, a vocation à faire consensus entre la droite et la gauche.

Destiné notamment à freiner les départs de candidats au jihad vers l’Irak ou la Syrie, ce texte instaure une interdiction administrative de sortie du territoire, qui se traduit par la confiscation des papiers d’identité, pour les personnes soupçonnées de vouloir partir combattre. Il doit également permettre de bloquer les sites internet faisant l’apologie du terrorisme.

Des dispositions approuvées jusque dans les rangs de l’opposition, qui souligne la nécessité de s’entendre rapidement autour du projet de loi. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a en effet révélé hier dans le JDD que 930 personnes résidant en France étaient impliquées dans des activités jihadistes au Moyen-Orient.

Mais le projet de loi reste contesté par certains députés socialistes et écologistes, qui craignent des restrictions de liberté trop importantes.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles