Scooters : une conduite à risques

Un scootériste sur cinq n'utilise pas de gants. [CHAIDEER MAHYUDDIN / AFP]

Les utilisateurs de deux-roues continuent de pratiquer une conduite dangereuse, malgré quelques améliorations, selon un baraomètre Axa Prévention publié le 16 septembre.

 

Ils connaissent les dangers de la route, mais cela ne les empêche pas de prendre des risques. Deux tiers des conducteurs de deux-roues (66%) avouent se sentir moins en sécurité qu’il y a dix ans, mais la moitié d’entre eux estiment qu’ils présentent eux-mêmes la conduite la plus risquée, révèle le 16 seprembre un baromètre Axa Prévention.

Une conduite à risques qui, à en croire les motards, serait surtout imputable aux scootéristes.

 

Lucides mais imprudents

Il est vrai que ceux-ci reconnaissent ne pas toujours avoir un comportement exemplaire. Par exemple, alors qu’ils ont une perception très claire des dangers liés à l’acool et à la drogue sur la route, 15% d’entre eux admettent conduire après avoir consommé du cannabis. 

Ils sont par ailleurs 38% à reconnaitre téléphoner en conduisant (contre 18% des motards).

Côté équipement également, les scootéristes sont de très mauvais élèves : deux tiers d’entre eux (66%) reconnaissent en effet rouler sans être entièrement équipés, négligeant notamment les bottes (68%) et dans une moindre mesure les gants (20%). 

En matière de vitesse en revanche, les conducteurs de motos sont encore plus imprudents que les utilisateurs de scooter: près de 6 motards sur 10 (59%) reconnaissent rouler à 65 km/h en ville. 

Chez les scootéristes, ils ne sont "que" 50%. Des progrès ont toutefois été constatés en dix ans: en 2004, sur l’ensemble des conducteurs de deux-roues, 73% dépassaient les limitations de vitesse en ville et 62% sur l’autoroute; aujourd’hui, ils ne sont plus que 57% et 41%. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles