Natacha Harry (SPA) : "Faire venir des adoptants"

Natacha Harry, la présidente de la SPA. Natacha Harry, la présidente de la SPA.[© SPA]

Des compagnons qui ne demandent qu’à trouver un foyer. La Société Protectrice des Animaux (SPA) ouvre ce week-end les portes de ses 56 refuges à travers le pays pour inciter les Français à venir adopter chiens et chats. Alors que les abandons se sont multipliés au cours de l’été, la présidente de l’association, Natacha Harry, veut aider ces animaux à retrouver une nouvelle vie.

 

Quel est le but de ces Journées portes ouvertes ?

La SPA, qui recueille chaque année plus de 40 000 animaux, organise chaque année deux week-end portes ouvertes, un au printemps et un en octobre. Nous avons dans nos 56 refuges beaucoup de compagnons, principalement des chiens et des chats, qui sont en recherche d’un foyer. L’idée est donc de faire venir des adoptants potentiels.

D’autant que beaucoup d’animaux ont été abandonnés cet été...

La période estivale a été particulièrement difficile, puisque nous avons receuilli plus de 9 000 animaux en juillet et en août. Nos structures sont au maximum de leurs capacités d’accueil, et plus nous arriverons à trouver une famille pour nos animaux, plus nous pourrons en prendre d’autres en charge. Les gens ne pensent pas forcément à la SPA quand ils souhaitent acquérir un animal, alors que nous ceux que nous avons ont des âges, des races et des comportements très divers. 

Tout le monde peut-il adopter un nouveau compagnon ? 

Nos personnels sont qualifiés et formés pour faire en sorte que l’adoption soit réussie, pour la personne comme pour l’animal. Ce n’est pas l’adoption à tout prix, mais l’adoption responsable. 

Quels conseils donnez-vous aux adoptants ?

C’est du cas par cas, d’où l’importance d’être accueilli dans nos refuges par notre personnel, qui connaît bien chaque animal que nous hébergeons. Il y a forcément une période d’adaptation pour l’animal.

Qu’apporte le fait d’adopter un animal auparavant abandonné ?

Très souvent, les adoptants nous disent avoir le sentiment que l’animal est reconnaissant pour cette nouvelle vie qui lui est offerte. Certains ont eu un parcours de vie difficile, ils se montrent donc très heureux de découvrir un foyer qu’ils n’ont jamais connu.

En ces temps de crise, avoir un animal peut-il servir de refuge ?

Nous sommes face à un paradoxe : il y a énormément d’abandons, mais nous n’avons jamais fait autant d’adoptions, Depuis le début de l’année jusqu’à la fin du mois d’août, elles ont augmenté de 13% par rapport à la même période en 2013, soit 3 000 animaux de plus qui ont trouvé un foyer. Nous avons le sentiment que l’animal est une sorte de valeur refuge dans le foyer. En période difficile, il apporte du réconfort, un soutien pour beaucoup de personnes.

Est-il possible d’adopter d’autres animaux que des chiens ou des chats ?

Dans certains refuges, nous avons ce que l’on appelle les Nouveau animaux de compagnie (NAC) :  des lapins, des cochons d’Inde… Et dans d’autres, nous avons aussi des animaux un peu moins attendus à la SPA : des poneys, des chevaux, des chèvres….

 

L'opération dans le détail

Quand ? La Société Protectrice des Animaux organise ses Portes ouvertes dans ses refuges ce week-end, les 4 et 5 octobre.

Où ? Les 56 refuges de l’association sont concernés par l’opération. Leur liste est consultable sur le site de la SPA

Comment ? Les adoptants potentiels doivent se munir d’une pièce d’identité, d’un justificatif de domicile, de leur dernier justificatif de revenus. Ils devront verser une somme (de 90 à 150 euros) pour la stérilisation, la vaccination et l’identification de l’animal.

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles