L'écotaxe abandonnée

Un camion passant sous un portique écotaxe. Un camion passant sous un portique écotaxe. [Frank Perry / AFP / Archives]

Le gouvernement a décider jeudi de mettre de côté l'écotaxe. Et veut se concentrer sur les sociétés d'autoroutes.

 

C’est une mise sur la touche qui ressemble fort à un abandon. La ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, a annoncé ce jeudi la suspension «sine die» du péage de transit poids lourds, clôturant ainsi l’explosif feuilleton de l’écotaxe.

Pris à l’issue d’une réunion de plusieurs heures avec les fédérations des transporteurs routiers, cet arbitrage a permis d’apaiser ces derniers : ils ont annulé dans la foulée les manifestations qu’ils prévoyaient d’entamer lundi prochain.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a de son côté salué une «décision sage», jugeant que le dispositif du péage de transit poids lourds était devenu «incompréhensible». Mais ce recul est loin d’avoir convaincu l’ensemble de la classe politique, à commencer par les écologistes. 

De retour au point de départ, le gouvernement entend désormais mettre en place un groupe de travail (...) sur la question et trouver des solutions nouvelles. Souhaitant rester sur le principe  du «pollueur payeur», Ségolène Royal a indiqué qu’elle voulait donner la priorité au prélèvement du profit des sociétés d’autoroutes. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles