Braqueur tué à Toulouse : garde à vue levée pour le policier

Les lieux du braquage à Toulouse. Les lieux du braquage à Toulouse. [ERIC CABANIS / AFP]

Le procureur de Toulouse a annoncé vendredi 17 octobre au soir avoir mis à la fin de la garde à vue du policier entendu depuis le matin après avoir tué d'une balle un jeune braqueur de supérette, le parquet privilégiant la thèse de la "légitime défense".

 

Des agents de l'inspection générale de la police nationale (IGPN, police des polices) dépêchés sur place devaient cependant poursuivre l'enquête "sur les circonstances de l'usage de son arme par le policier".

Ce membre de la Brigade anti-criminalité (Bac) - dont aucun élément d'identité n'a pas été révélé - avait été placé en garde à vue deux heures après le drame survenu vers 6H30, dans le cadre d'une enquête ouverte pour "homicide volontaire".

Mais le procureur de la République de Toulouse, Pierre-Yves Couilleau, a annoncé en début de soirée avoir levé cette mesure de garde à vue, après avoir eu accès aux éléments de procédure. Il n'a relevé "aucune incohérence" dans les déclarations des policiers et des témoins, a-t-il dit à l'AFP.

 

Légitime défense

Le magistrat avait auparavant assuré, au cours d'une conférence de la presse, que les éléments recueillis jusqu'alors "permettaient d'évoquer une situation de légitime défense" du policier. Ce dernier se serait senti "menacé", face au braqueur de 20 ans, qu portait un bonnet et s'était muni d'"un pistolet à grenailles qui ressemblait à une vraie arme", pour tenter de voler l'argent de la caisse d'un magasin Carrefour City.

Il y avait surgi peu après 6H00 en menaçant les cinq employés présents. Le braqueur avait frappé d'un coup de crosse un des employés, à la tête. Un autre salarié avait pu donner l'alerte à 6H16. Un équipage de la Brigade anti-criminalité (BAC) en civil était arrivé moins de cinq minutes après.

Selon le récit des faits par le procureur, le premier policier entré dans le couloir menant à un lieu de stockage a vu "surgir" le jeune braqueur "de l'angle du mur, arme en direction des policiers" et a "immédiatement" tiré, "une seule fois". Le jeune s'est "effondré dans le magasin après avoir parcouru une dizaine de mètres", a affirmé le procureur. La balle a percé le coeur et le poumon, provoquant une mort quasi instantanée, selon les résultats de l'autopsie.

À suivre aussi

Faits divers Toulouse : dix mois après le vol de bagues à plus de 12.000 euros, il se livre à la bijouterie
La valeur estimée de ces 1 384 cartouches est de 117 000 euros.
Contrebande 1.400 cartouches de cigarettes saisies en trois jours en Haute-Garonne
Extension de la PMA : la Manif pour tous se prépare pour dimanche
Toulouse Extension de la PMA : la Manif pour Tous se prépare pour dimanche

Ailleurs sur le web

Derniers articles