Tour Triangle : vote à bulletin secret, à la demande du PS

Une fois achevée, la tour Triangle permettrait de générer 5 000 emplois pérennes. [Herzog & de Meuron]

Le vote sur la Tour Triangle dans la capitale, prévu vers 13H00 au Conseil de Paris, aura lieu à bulletin secret à la demande du groupe PS, a-t-on appris lundi matin auprès de l'entourage d'Anne Hidalgo.

 

Le projet, porté par la société Viparis via la SCI Tour Triangle, prévoit la construction au coeur du Parc des Expositions de la porte de Versailles d'une tour de 180 m.

L'UMP, les Verts et le centre avaient plaidé jeudi pour un vote public et nominal, afin de garantir la "transparence" du vote.

La maire de Paris a au contraire plaidé lundi matin lors d'une rencontre avec la presse pour un vote à bulletin secret, si ce secret doit permettre aux élus de "s'exprimer en liberté". Les Verts et l'UMP ont par le passé eux-mêmes demandé des votes secrets, comme sur le stade Jean-Bouin, a souligné l'entourage de Mme Hidalgo.

Arithmétiquement, l'exécutif municipal n'a pas la majorité sur le projet de Tour Triangle, les Verts, le centre, l'UMP et le PG y étant opposés, ainsi que l'adjoint aux Sports Jean-François Martins (ex-MoDem).

Cette coalition totalise 88 voix sur 163. Mais plusieurs élus UMP, tels que Jérôme Dubus, Pierre Lellouche ou Dominique Tiberi ont fait savoir publiquement leur intention de voter pour la tour.

"Ce projet, Paris en a besoin (...) On serait la seule ville au monde à refuser un investissement de 500 millions d'euros en période de déprime, où l'investissement public sauf à Paris va être en panne partout ailleurs, et où l'investissement privé a besoin d'être stimulé et encouragé", a une nouvelle fois plaidé Mme Hidalgo auprès de la presse.

Triangle est un "projet métropolitain", qui a le soutien des maires d'Issy-les-Moulineaux, Vanves, Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine, du maire de Cachan et du député Luc Carvounas dans le Val-de-Marne.

L'adjoint de la maire de Paris en charge de l'organisation du Conseil de Paris, Mao Peninou, a de son côté précisé que les membres du conseil d'administration du Comité des expositions de Paris (actionnaire de Viparis via la Chambre de commerce et d'industrie) ne se trouvaient pas en situation de conflit d'intérêts et pourraient voter.

Même si Viparis contrôle la SCI Triangle, qui porte le projet, "il n'y a aucun lien direct" entre la SCI et le Comité des expositions, a-t-il affirmé, sur le fondement d'une note de la direction juridique de la Ville.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles