Les grandes dates de l’affaire du Bugaled Breizh

L'épave du chalutier mise à sec le 15 juillet 2014.[©MarcelMochet/AFP/Archives]

Le chalutier le "Bugaled Breizh" a coulé subitement le 15 janvier 2004. Les cinq marins à bord sont morts. Le 27 mai 2014 un non-lieu est prononcé. Les familles ont fait appel de cette décision et la cour d’appel de Rennes examine aujourd’hui cette demande. Retour sur la chronologie des évènements.

 

2004

- 15 janvier : le chalutier Bugaled Breizh coule en Manche au large du sud-ouest de l'Angleterre, provoquant la mort des cinq membres d'équipage. La préfecture maritime de Brest révèle qu'un exercice militaire international se déroulait dans la zone.

- 19 janvier : le procureur de Quimper exclut une collision avec un sous-marin et évoque un choc avec un porte-conteneurs philippin, le Seattle Trader.

- 7 juin : les analyses de peinture innocentent le Seattle Trader.

- 10 juillet : l'épave est remontée.

 

2005

- 24 mars : une expertise privée avance "l'hypothèse très vraisemblable" d'une "croche" avec un sous-marin, thèse écartée par le ministère de la Défense.

- 14 avril : des journalistes désignent le sous-marin britannique Turbulent, ce que dément le ministère britannique de la Défense.

 

2006

- 1er septembre : après une nouvelle expertise, le juge d'instruction évoque "l'hypothèse d'un bâtiment sous-marin".

- 21 septembre : le Laboratoire national d'essais révèle des traces "inexpliquées" de titane sur le câble de chalut bâbord, renforçant cette thèse.

 

2008

- 12 avril : les juges d'instruction réaffirment que l'hypothèse du sous-marin est "la plus sérieuse en l'état du dossier", ce que conteste le parquet.

 

2009

- 13 janvier : le juge d'instruction rejette la demande des familles d'enquêter sur la position des sous-marins. Elles font appel.

 

2010

- 30 avril : un rapport d'enquête commandé par la cour d'appel de Rennes évoque la responsabilité d'un sous-marin américain.

- 2 juillet : la cour d'appel de Rennes décide "la poursuite de l'information judiciaire dans le but d'identifier le sous-marin en cause" et nomme deux nouveaux juges d'instruction à Nantes.

 

2011

- 17 juin : une nouvelle expertise conclut que le titane sur l'un des câbles du chalutier "ne peut être considéré comme un indice de la présence d'un sous-marin".

 

2013

- 25 janvier : une expertise considère la présence de titane comme "pas significative de l'implication d'un sous-marin". Une seconde conclut que le Turbulent était "bien à quai" ce jour-là.

- 3 juillet : la justice clôt l'instruction. Un avocat des familles demande une enquête complémentaire sur la présence d'un sous-marin américain.

- 21 octobre : la justice rejette la demande d'enquête complémentaire.

 

2014

- 27 mai : les juges d'instruction prononcent le non-lieu.

 

2015

- 3 mars : examen à la cour d'appel de Rennes de l'appel des familles contre l'ordonnance de non-lieu.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles