Programme de stabilité : prudence et serrage de vis

Fini les excès d’optimisme, la France joue la carte de la prudence dans ses prévisions budgétaires. [ALAIN JOCARD / AFP]

Bercy marche sur des œufs. Son programme de stabilité dévoilé mercredi 15 avril, qui esquisse la trajectoire budgétaire française d’ici à 2017, fait preuve d’une prudence qu’on ne connaissait plus au gouvernement.

 

Le Gouvernement anticipe désormais 1% de croissance cette année, puis 1,5% pour les deux suivantes, ayant revu ses prévisions à la baisse.

A plus long terme, l’exécutif estime que les réformes du quinquennat devraient permettre de gagner «de l’ordre de 4 points de PIB» à l’horizon 2020, et de créer «de 800 000 à 900 000 emplois supplémentaires».

 

Un nouveau tour de vis

Si Bercy ne veut surtout pas entraver cette dynamique en menant une politique budgétaire trop austère, le ministre des Finances, Michel Sapin, a néanmoins consenti à accentuer quelque peu l’effort demandé.

Et il a annoncé 9 milliards d’économies supplémentaires en 2016 et 2017. Ces derniers se traduiront par un nouveau tour de vis pour l’Etat et des dépenses d’assurance maladie moindre.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles