La France aime ses petites bêtes

Avec 63 millions d’animaux de compagnie – presque autant que d’habitants – notre pays est champion d’Europe. [CC / Jan-Mallander / Pixabay]

Poissons, chats, chiens ou oiseaux ont aujourd’hui trouvé une place dans un foyer sur deux. Le marché hexagonal ne connaît pas la crise et les bienfaits sur les propriétaires sont de plus en plus reconnus.

 

Ce sont les compagnons du quo­tidien, voire des membres de la famille. Les chats, chiens et autres animaux domestiques occupent une place de choix pour les Français. La moitié des foyers (48 %) abrite un animal, selon la dernière étude de TNS Sofres de 2012.

Avec 63 millions d’animaux de compagnie – presque autant que d’habitants – notre pays est champion d’Europe. Sur la plus haute marche trônent les poissons (35 millions) suivis des chats (11 millions) et des chiens (7 millions). Le tableau est complété par les oiseaux, rongeurs et reptiles.

Selon l’étude, la population des chats augmente ces dernières années. A l’inverse, la population canine, comme celle des petits mammifères, recule. Le labrador est le plus représenté, devant le yorkshire et le caniche.

 

Un marché en pleine croissance

L’amour des Français à l’égard des animaux représente un marché important. En 2014, selon l’étude annuelle de Promojardin, le secteur a atteint un chiffre d’affaires de 4,5 milliards d’euros, avec une croissance de près de 20 % en cinq ans.

«Ce marché ne connaît pas la crise» confirme Florence de la Moureyre, organisatrice du Salon chiens chats (du 18 au 19 avril à Paris, Espace Champerret, 17e). Le secteur s’avère dynamique, avec de fréquentes innovations allant de l’alimentaire au high-tech.

A l’heure de la crise, comment expliquer un tel engouement ? Selon l’enquête TNS Sofres, la moitié des sondés évoque un bien-être au contact de l’animal mais aussi une contribution au développement de l’enfant. Les études sur les vertus de cette cohabitation ne manquent pas. Les chats diminueraient le stress tandis que les chiens favoriseraient la santé.

Quant aux lapins et aux gerbilles, ils sont utilisés par des associations pour accompagner des enfants malades à l’hôpital. Là encore les résultats seraient probants.

 

>> Tous les articles du Cahier spécial Animaux domestiques du 17 avril

355.jpg

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles