Sondage CSA / Direct Matin : Le bac est encore utile aujourd'hui pour deux Français sur trois

Un sujet d'une épreuve du bac en 2014[Frederick Florin / AFP/Archives]

Pour deux Français sur trois, le bac est encore utile aujourd'hui, révèle un sondage CSA en exclusivité pour Direct Matin.

 

Le bac, un diplôme devenu seulement symbolique ? Ce n’est pas vraiment l’avis des Français, qui sont encore 66 % à le juger utile, selon un sondage CSA exclusif pour Direct Matin. Plus les personnes interrogées sont âgées, plus leur attachement au bac est fort. Ainsi, parmi les plus de 65 ans, 77 % considèrent que le diplôme est encore utile. "Pour eux, qui l’ont obtenu il y a longtemps, c’est un rite de passage qui ne saurait être remis en question", explique Julie Gaillot, chargée d’études au CSA. 

 

Les jeunes dubitatifs

Mais ce n’est pas un engouement massif, souligne Julie Gaillot : "les Français considèrent que le bac est indispensable, mais ça ne les empêche pas de penser qu’il a beaucoup moins de valeur qu’il y a vingt ans. Il a perdu de sa superbe". En effet, la proportion de réponses positive tombe à 67 % chez les 35-49 ans et à 56 % chez les 25-34 ans. 

Quant aux 18-24 ans, ils sont à peine plus d’un sur deux (53 %) à croire encore à son utilité. "C’est une question de génération, commente l’analyste. Il s’agit de jeunes qui viennent de passer le diplôme et qui ont grandi avec le débat sur son éventuelle suppression, ce qui les a sûrement influencés."

Une défiance que l’on retrouve également chez les ouvriers, qui ne sont que 53 % à juger le bac utile. De fait, certains d’entre eux ne sont pas diplômés et savent que ça ne les a pas empêchés de trouver du travail. A l’inverse, 73 % des cadres et professions libérales et 75 % des professions intermédiaires considèrent que le bac est toujours nécessaire.

Enfin, on note que les hommes sont moins nombreux (62 %) que les femmes (70 %) à y être attachés. Une différence qui peut notamment s’expliquer, selon l’analyste, par le fait que les femmes suivent encore souvent de plus près la scolarité de leurs enfants.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles