Le pont des Arts devient le pont des graffs

Des oeuvres de street-art ont remplacé les cadenas d'amour sur le Pont des Arts. [© Sophie Robichon Ville de Paris]

Il porte désormais encore mieux son nom. Après une semaine de travaux, le pont des Arts (6e) présente depuis lundi un nouveau visage à ses visiteurs. 

 

Fini les cadenas d’amour qui en faisaient la passerelle préférée des couples, place à des œuvres de street art. Face à l’Académie française, ce sont désormais quatre frises de 150 mètres composées de graffitis hauts en couleur qui ­ornent les parapets de la structure.

Entre les symboles naïfs de la capitale de Jace, la calligraphie rouge d’El Seed, les cadenas coulants de Brusk ou encore les enchevêtrements de Pantonio, le pont des Arts arbore un look moderne. Cette refonte a été orchestrée par Mehdi Ben Cheick, qui avait organisé l’exposition à la Tour Paris 13 l’an dernier. Les cinquante-six sup­ports sur lesquels sont installées les œuvres devraient cependant laisser la place à des panneaux en Plexiglas à l’automne, sur lesquels il sera impossible d’accrocher quoi que ce soit.

 

Edifié en 1804

Le premier pont métallique de l’histoire de la capitale, édifié en 1804, puis reconstruit à l’identique en 1984, a été délesté il y a quelques jours de ses centaines de milliers de cadenas en raison des risques que faisait courir leur poids – pas moins de 45 tonnes – sur la solidité de sa structure et donc la sécurité des visiteurs. L’an dernier, une partie des grilles s’était ainsi effondrée sur la passerelle, sous la charge de quelque 500 kilos de métal.

Cette pratique consistant à accrocher des cadenas en gage d’amour était apparue en 2008, et s’était propagée à d’autres monuments, comme le pont de l’Archevêché (5e), d’où ils viennent également d’être retirés.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles