Isère : aucun élément sur un complice dans l'usine

Aucun élément ne permet d'affirmer, à ce stade de l'enquête, que l'auteur présumé de l'attentat commis vendredi à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), Yassin Salhi, était accompagné d'un complice dans l'usine de gaz industriels où il a mené son attaque.[AURORE LEJEUNE / FRENCH INTERIOR MINISTRY / AFP]

Ce vendredi 26 juin, au matin, une personne a été décapitée dans un attentat terroriste, dans une usine de gaz industriels à Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Le suspect est en garde à vue, il s'agit d'un homme de 35 ans qui travaillait dans une entreprise de transport. La victime, un homme de 50 ans, était son supérieur hiérarchique. Selon François Molins, le procureur de Paris, l'homme aurait agi seul et serait proche de la mouvance salafiste. François Hollande et Barack Obama ont vivement condamné l'attentat et ont appelé à s'unir contre la menace terroriste. 

 

Retrouvez ici-dessous, toutes les informations de la journée sur l'attentat.

 

20h59 : Des dignitaires musulmans dénoncent les attentats menés vendredi en Tunisie, au Koweït et en France, qui ont coûté la vie à une soixantaine de personnes.

20h20 : Bernard Cazeneuve affirme sur TF1 que "sous sommes face à un risque terroriste extrêmement élevé" .

19h23 : Aucun élément ne permet d'affirmer, à ce stade de l'enquête, que l'auteur présumé de l'attentat était accompagné d'un complice dans l'usine de gaz industriels où il a mené son attaque indique le procureur de la République de Paris, François Molins. Il a pu pénétrer sur le site car "il avait l'habitude de rentrer dans l'usine pour effectuer des livraisons" et était ainsi connu du personnel, qui lui a ouvert la porte.

19h01 : La Maison Blanche condamne les attaques "odieuses" survenues vendredi en France, en Tunisie et au Koweït, et exprimé la solidarité des Etats-Unis ainsi que leur volonté de "combattre le fléau du terrorisme".

18h33 : une perquisition est en cours dans les locaux d'une entreprise de transport à Chassieu (Rhône), où travaillaient la victime décapitée et l'auteur présumé de l'attentat. "Il s'agit d'établir l'environnement de la victime et du suspect" dans le cadre de l'enquête, a précisé une source proche du dossier.

17h56 : le ministre israélien de l'Immigration, Zeev Elkin, appelle les juifs de France à s'installer en Israël après l'attaque. "J'appelle les juifs de France - venez à la maison ! L'antisémitisme augmente, le terrorisme progresse", déclare-t-il dans un communiqué. 

17h29 : La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal demande aux exploitants de sites industriels sensibles, dits Seveso, à se "mettre en état de vigilance maximale". 

17h25 : Le niveau d'alerte "antiterroriste" élevé déclenché en Espagne. 

16h49 : François Hollande appelle à "l'union" et à refuser "les vaines querelles". "Dans ces moments-là, face à ces épreuves, face à ces risques, face à ces menaces, c'est l'unité, le rassemblement et la capacité de la Nation à faire face qui permettront de lutter contre le terrorisme avec la plus grande efficacité", souligne le chef de l'Etat. 

16h42 : A l'issue du conseil restreint, le président François Hollande annonce que le plan Vigipirate passe "en alerte maximale" pendant trois jours en Rhône-Alpes. 

16h19 : L'homme qui a été retrouvé décapité sur les lieux de l'attentat était l'employeur du principal suspect.

16h15 : Retour en images sur les attentats les plus sanglants qui ont frappé la France

16h10 : Selon une source proche du dossier, ce sont des pompiers, appelés en secours sur les lieux du drame, qui ont maîtrisé le principal suspect de l'attentat avant l'arrivée des forces de l'ordre. 

15h57 : Un Conseil restreint présidé par François Hollande a débuté vendredi à l'Elysée à 15h30, après l'attentat qualifié de "terroriste" par le chef de l'Etat commis dans une usine de Saint-Quentin-Fallavier (Isère).

15h50 : François Hollande et le président tunisien Béji Caïd Essebsi se sont entretenus par téléphone. Ils ont exprimé "leur solidarité face au terrorisme", après les attentats commis en France et en Tunisie

 

15h39 : Le suspect, son épouse et leurs trois enfants de 6 à 9 ans constituaient "une famille discrète", a déclaré à l'AFP une voisine d'une quarantaine d'années.

15h32 : L'épouse du suspect a été interpellée près de Lyon.

15h02 : La personne décapitée a été identifiée. Il s'agit d'un chef d'entreprise du Rhône âgé de 45 ans. 

14h51 : La compagne de l'homme interpellé a été jointe au téléphone par Europe 1 :

 

14h47 : François Hollande est arrivé vendredi à 14H30 à l'Élysée, où il doit présider à 15H30 un Conseil restreint après l'attentat commis dans une usine de Saint-Quentin-Fallavier (Isère).

14h39 : Des policiers du Raid sont en faction devant un immeuble de Saint-Priest où serait domicilié le suspect.

14h31 : Le tweet du Premier ministre, Manuel Valls, après l'attentat en Isère et l'attaque de deux hôtels en Tunisie.

14h18 : Une seconde personne a été interpellée. "Un véhicule a été repéré en train de faire des allers-retours suspects en périphérie de l'enceinte, son numéro d'immatriculation a été relevé et son propriétaire a été identifié. Il a été arrêté", a détaillé une source à l'AFP.

14h03 : "Le terrorisme islamiste a frappé une nouvelle fois en France", a déclaré Manuel Valls qui a écourté son voyage en Amérique du Sud pour rentrer à Paris.

13h54 : "Le sang froid d'un pompier a permis l'arrestation du criminel", a indiqué Bernard Cazeneuve.

13h51 :  Plusieurs personnes ont été placées en garde à vue a annoncé Bernard Cazeneuve.

13h39 : La victime "innocente" est "en cours d'identification". Elle a été "abjectement décapitée" vient d'expliquer le ministre de l'Intérieur.

13h26 : Il "n'était pas fiché comme ayant voyagé en Syrie ou en Irak", a déclaré Bernard Cazeneuve.

13h21 : L'homme arrêté a été fiché en 2006 pour radicalisation. "Il n'a pas de casier judiciaire", selon Bernard Cazeneuve.

13h09 : François Hollande a annoncé la tenue d'un "conseil restreint à l'Elysée" à 15h30.

12h56 : "C'est une attaque de nature terroriste. Il y aurait un auteur, peut être deux", a déclaré François Hollande.

12h53 : "L'individu suspecté d'avoir commis cet attentat a été arrêté et identifié, des moyens considérables ont été déployés dans la région. Les sites Seveso ont été davantage protégés" s'est exprimé François Hollande depuis Bruxelles.

12h36 : Deux drapeaux islamistes étaient également visibles sur le grillage vert entourant le site où s'est déroulée l'attaque.

12h33 : "Rien de fiable ne peut être dit sur l'identité de l'homme interpellé, qui refuse de parler et n'avait pas de papiers d'identité", a expliqué une source judiciaire à l'AFP.

12h24 : Un Conseil de défense se réunira ce vendredi à l'Elysée.

12h21 : Marine Le Pen a demandé qu'"immédiatement" soient prises des "mesures fermes et fortes" pour "terrasser l'islamisme", après l'attentat commis dans une usine à Saint-Quentin Fallavier (Isère).

12h18 :

 

 

12h14 : Le président français François Hollande qui participait vendredi à un sommet européen à Bruxelles rentrera "en tout debut d'après-midi" à Paris.

12h12 : "On ne sait pas encore si le corps a été transporté sur place ou pas", a indiqué une source policière à l'AFP en évoquant l'homme retrouvé décapité.

12h09 : Toujours d'après le quotidien régional, un hélicoptère de la gendarmerie survole en ce moment le secteur où a été commis l'attentat.

11h57 : Selon le Dauphiné, les services de police seraient actuellement à la recherche d'un homme circulant à bord d'un véhicule et qui pourrait être un complice du suspect arrêté.

 

Une personne est morte et plusieurs ont été blessées dans un attentat commis vendredi matin contre une usine de gaz industriels à Saint-Quentin-Fallavier (nord de l'Isère) , a-t-on appris de source proche du dossier. Un suspect a été arrêté.

Un corps décapité a été retrouvé à proximité de l'usine. "Un drapeau avec des inscriptions en arabe retrouvé sur place", relete une source proche du dossier. Selon Le Dauphinéla tête de la victime, recouverte d'inscriptions en arabe, a été retrouvée accrochée au grillage de l'enceinte de la société le long de la RD311. 

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve est attendu sur place.

 

Une explosion en premier lieu

"Selon les premiers éléments de l'enquête, un ou plusieurs individus, à bord d'un véhicule, ont foncé sur l'usine. Une explosion s'est alors produite", a précisé une autre source proche du dossier.

L'auteur présumé de l'attentat est entré dans l'usine un drapeau islamiste à la main et il a fait sauter plusieurs bonbonnes de gaz, a ajouté cette source, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles