Piqûres, brûlures, morsures… Tout savoir pour un été bien protégé

Des vacanciers sur une plage de Cabourg. (Photo d'archives)[MYCHELE DANIAU / AFP]

Bronzage, sieste, apéro et… bobos ? Pour les 40 millions de Français qui partent en vacances cet été, le farniente s’annonce radieux, à condition d’éviter les pépins physiques qui vont souvent avec la vie au grand air.

 

Victimes d’une attaque de moustiques, d’un soleil de plomb ou d’un plat avarié, les vacanciers peuvent rapidement voir leur séjour gâché. Des précautions s’imposent. Et si le mal est déjà fait, une trousse à pharmacie bien remplie peut s’avérer utile.

 

La piqûre : gare aux petites bêtes
Malheureusement pour les vacanciers, insectes et moustiques sont eux aussi friands des chaleurs de l’été.

Comment l’éviter. Ce n’est pas un secret : abeilles et guêpes aiment les fleurs. Il faut donc éviter de porter un parfum trop lourd. En extérieur, la nourriture doit être couverte, pour éviter de les attirer. Les moustiques, eux, sont repoussés avec un diffuseur de citronnelle.

Comment la soigner. La plupart des piqûres d’insectes sont bénignes et nécessitent un nettoyage à l’antiseptique. Mais en cas d’œdème, de troubles respiratoires ou de fièvre, direction les urgences. Les trois millions de Français allergiques doivent prendre garde.

Pour les moustiques, lotions et sprays font l’affaire. Un peu de vinaigre blanc permet de calmer les démangeaisons. Sur le littoral, pour les piqûres de méduses, la peau doit être rincée à l’eau salée. Les tentacules restants sont retirés à la pince à épiler, avant de couvrir le tout avec du sable ou de la farine.

 

La brûlure : l’ennemie des baigneurs
Fantasmé tout l’hiver, le soleil peut s’avérer dévastateur et gâcher les vacances des imprudents.

Comment l’éviter. Le port d’un couvre-chef et d’un tee-shirt est recommandé. L’exposition prolongée est à éviter, surtout en milieu de journée. Les épidermes clairs optent pour une crème solaire à fort indice de protection, (exemple : 50, qui multiplie par 50 le temps d’exposition habituellement nécessaire (10 minutes) pour avoir un coup de soleil sans protection), l’application est à renouveler toutes les heures et après chaque baignade. Les enfants de moins de trois ans doivent, eux, rester à l’ombre.

Comment la soigner. Une crème de type Biafine ou des linges humides permettent de calmer la sensation de chaleur des coups de soleil et de réhydrater la peau. Une rondelle de tomate ou un sachet de thé mouillé peuvent aider. Pour un coup de chaleur, ou une insolation, la personne doit être mise à l’ombre, réhydratée et rafraîchie à l’eau tiède.

 

La morsure : les marcheurs pris pour cible
Environ 2 000 marcheurs sont, chaque année en France, mordus par une vipère. Un incident évitable.

Comment l’éviter. Pantalons et chaussures hautes sont conseillés pour les promenades en hautes herbes. Ne pas hésiter à faire du bruit pour faire fuir l’animal en avance. En cas de rencontre, pas de geste brusque.

Comment la soigner. Inutile de paniquer, puisque le venin met plusieurs heures à faire son effet, laissant ainsi aux secours le temps d’intervenir. En attendant leur arrivée, la victime doit être allongée, sans bouger, pour éviter la diffusion du poison dans le sang. Inutile de sucer la plaie afin d’extraire le venin. C’est en plus dangereux.

 

L’entorse : le mauvais pas des sportifs
La randonnée peut tourner au calvaire en cas d’entorse de la cheville, soit la déchirure d’un ou plusieurs ligaments.

Comment l’éviter. Un échauffement avant la marche s’impose, ainsi qu’un matériel adéquat. Tongs et espadrilles restent à la maison au profit de bonnes chaussures de marche montantes, qui maintiennent la cheville durant l’effort.

Comment la soigner. Si toutefois l’accident se produit, il faut consulter un professionnel de santé, laisser reposer l’articulation et y apposer de la glace rapidement. La cheville doit également être surélevée, limitant ainsi l’accumulation de liquide d’inflammation.

 

L’intoxication : l’invitée à éviter
Glaces achetées dans la rue ou fruits au fond du cageot… Les aventures culinaires de l’été, surtout à l’étranger, peuvent engendrer la pire des accompagnatrices : la turista.

Comment l’éviter. Principale origine de cette diarrhée, la rupture de la chaîne du froid. Attention donc aux produits frais et aux crèmes, mais également aux charcuteries, potentiellement porteuses de bactéries. Les fruits et légumes crus, s’ils n’ont pas été lavés au préalable à l’eau potable, sont à éviter. Attention, enfin, aux eaux locales non embouteillées ou non encapsulées. 

Comment la soigner. Il faut d’abord laisser faire la maladie, pour évacuer les bactéries présentes dans l’organisme. L’hydratation à base d’eau, de thé ou de bouillon de légumes est importante. Les féculents sont à privilégier, au détriment des produits sucrés, épicés ou trop gras. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles