Tarnac : le parquet fait appel de l'abandon de la qualification "terroriste"

Illustration. Le ministère public demandait que la circonstance aggravante d'"entreprise terroriste" soit retenue à l'encontre de trois militants[THIERRY ZOCCOLAN / AFP ARCHIVES / AFP]

Le parquet de Paris a annoncé lundi à l'AFP qu'il faisait appel, dans le dossier Tarnac, de l'ordonnance du juge d'instruction qui a décidé de renvoyer en correctionnelle huit militants libertaires, dont Julien Coupat, mais a abandonné la qualification "terroriste". 

 

Le ministère public demandait que la circonstance aggravante d'"entreprise terroriste" soit retenue à l'encontre de trois militants, dont Julien Coupat et sa compagne, Yildune Lévy. Le dossier des huit membres du groupe Tarnac va être examiné par la chambre de l'instruction.

Le "groupe de Tarnac", présenté comme proche de l'ultra-gauche, est soupçonné d'être à l'origine de sabotages de lignes SNCF sur des caténaires dans l'Oise, l'Yonne et la Seine-et-Marne.

Dans son ordonnance rendue vendredi, la juge d'instruction Jeanne Duyé avait décidé de ne pas suivre les réquisitions du parquet et d'abandonner la qualification "terroriste" pour l'ensemble des infractions.

 

 

Vous aimerez aussi

Justice Michel Fourniret : une double perpétuité
Justice Procès Séréna : la mère de l'enfant condamnée à cinq ans de prison, dont trois avec sursis
Faits divers Il porte plainte contre British Airways car il était assis à côté d’un passager «trop gros»

Ailleurs sur le web

Derniers articles