Régionales : les 5 propositions de Claude Bartolone à retenir

Claude Bartolone a présenté jeudi son programme de campagne "Une Ile-de-France humaine". [KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Claude Bartolone, candidat PS aux régionales en Ile-de-France, a présenté jeudi son programme de campagne. Ses 160 propositions sont réparties en 12 engagements, dont voici une sélection.

Les valeurs

Son slogan de campagne, "une Ile-de-France humaine", laisse peu de place au doute. A travers ses propos, se dessine la volonté de Claude Bartolone de placer sa candidature sous le signe d'une politique qui se veut résolument de gauche, contre les "Thatchériens trente ans trop tard". Celui qui est également député de la Seine-Saint-Denis regrette par exemple que "la région produise énormément de riches, mais que ses habitants n'en profitent pas tous".

Claude Bartolone prône également des valeurs de tolérance : "on a tous sa place en Ile-de-France, où qu'on vive, quelque soit notre couleur de peau, notre religion, notre orientation sexuelle, notre âge ou notre métier".  Le candidat socialiste défend ainsi un projet qui se veut rassembleur, basé sur l'égalité, notamment homme-femme. Car selon lui, "la politique sans valeurs n'est qu'une administration générale".

Les transports

C'est la priorité numéro 1 de Claude Bartolone : "où que les gens vivent dans la région, c'est au service public de s'adapter à eux, et non pas le contraire". La tête de liste socialiste s'engage à mettre en place un réseau de transport 24h/24 d'ici à 2024, avec une hypothétique organisation des Jeux Olympiques. Pour se faire, il souhaite notamment mettre un place un "plan bus" en grande couronne, avec le recrutement d'un millier de chauffeurs supplémentaires, estimant que "les véhicules se trouvent trop souvent au dépôt, et les horaires ne sont pas adaptés".

Concernant le transport ferroviaire, le président de l'Assemblée nationale regrette "qu'avec le tout-TGV des dernières décennies, on ait oublié les transports du quotidien". Il souhaite ainsi développer fortement l’automatisation, pour améliorer la ponctualité des trains. Le candidat du PS s’engage à automatiser les lignes 11 et 13 du métro, ainsi que toutes celles de RER et Transilien. Par ailleurs, Claude Bartolone compte solliciter l'Etat afin d'obtenir 800 millions d’euros par an en vue de remettre en état le réseau de rail francilien. "Il s’agit d’éviter un nouveau Brétigny", souligne-t-il.

Le logement

"Le logement est la première source d’inégalités, il faut une mobilisation générale", a asséné Claude Bartolone. S'il est élu en décembre, il souhaite étendre l’encadrement des loyers en vigueur à Paris, à l’ensemble de l’Ile-de-France.

Sur le plan du logement social, le candidat du Parti socialiste aspire à un meilleur équilibre de la répartition des HLM dans la région, souvent inégale. Pour atteindre cet objectif, il désire conditionner l’obtention d’aides régionales pour les communes au respect du quota de 25 % de logement social imposé par la loi. "Les logements sociaux ne sont pas synonymes de grandes tours comme celles bâties des années 1970", a-t-il rappelé.

Concernant les jeunes, particulièrement handicapés par les prix des loyers, il s'est engagé à créer 4 000 logements étudiants par an.

L'écologie

A un peu plus d'un mois de la COP21 qui aura lieu à Paris et dans la région, Claude Bartolone a affirmé sa volonté de sortir du diesel, "sereinement, sans culpabiliser ni punir les habitants dotés de ce type de véhicule". Le ténor socialiste a également confirmé son souhait de mettre en place une écotaxe régionale pour les poids-lourds en transit sur le territoire de la région. Les 80 millions d’euros ainsi collectés seraient destinés aux transports en commun.

De plus, pour renouer avec une « ancienne tradition »,  il souhaiterait reconstituer une ceinture maraichère en grande couronne. Pour se faire, la région verserait des aides aux jeunes agriculteurs souhaitant s’installer. Cela permettrait de réduire la part de nourriture importée par la région, qui culmine aujourd'hui à 90 %, et par la-même de renforcer les circuits courts, moins polluants.  

L'économie

En cas d'élection, l'effort de l'ancien président du conseil départemental du 93 se portera notamment sur les jeunes : "je ne veux plus un seul jeune sans emploi, sans formation ou sans projet", a-t-il martelé. Il souhaite également créer 5 000 emplois jeunes régionaux, et même mettre en place "un Erasmus de l’apprentissage". Le candidat du PS s'est aussi engagé à conditionner ses aides régionales aux entreprises à l’embauche d’apprentis.

Par ailleurs, Claude Bartolone prévoit aussi d'engager le conseil régional dans un processus de création d’une nouvelle filière industrielle en grande couronne. Celle-ci serait basée sur l’excellence scientifique, des industries de petites séries et de haut de gamme. L'accent serait également mis sur l’aéronautique, avec la création d’un campus de formation des métiers de l’aéronautique dans le Nord-Est de la région.

Enfin, le candidat socialiste s'est engagé à ne pas augmenter les impôts pesant sur les Franciliens, grâce à "une réflexion sur la fiscalité", comportant notamment des redéploiements de budgets.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles