Bataclan : un jihadiste français avait averti les renseignements

La façade de la salle de concert du Bataclan cachée pour les besoins de l'enquête. [MIGUEL MEDINA / AFP]

Après les attentats de Paris et Saint-Denis perpétrés vendredi 13 novembre, les extraits de l'interrogatoire d’un jihadiste français mené en août dernier, refont surface. Ils laissent clairement présager du drame survenu au Bataclan.

Lors de sa garde à vue, Reda Hame, Parisien d’origine rentré de Syrie après s’être blessé à la jambe lors d’un entraînement effectué avec des combattants de Daesh, avait livré des propos glaçants. Il expliquait aux policiers l’interrogeant qu’une salle de spectacle francilienne figurait parmi les cibles privilégiées par l’organisation terroriste.

Face à l’antiterrorisme français, le djihadiste avait évoqué par ailleurs l’existence d’Abdelhamid Abaaoud, Belge de 28 ans, présumé cerveau des attaques du 13 novembre, et actuellement en Syrie où Daesh lui a confié un poste au sein de l’EMNI, la sécurité intérieure du groupe salafiste.

Depuis vendredi, les propos annonciateurs tenus par Reda Hame sont scrupuleusement relus par les renseignements. L’homme, mis en examen et placé en détention, pourrait faire l’objet d’un nouvel interrogatoire.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles