Et si Paris créait des logements grâce aux chambres de bonnes ?

La surface de logement potentielle des chambres de bonnes inoccupées représenterait plus d'un million de mètres carrés. [PATRICK KOVARIK / AFP]

Il y en aurait 114 400 sans habitants. A Paris, les chambres de bonnes pourraient constituer un véritable potentiel de création de logement, selon une étude de l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur).

Il s’agirait d’un potentiel de plus d’un million de mètres carrés, à raison de 9 à 14 m2 par logement, révèle le JDD. De quoi intéresser la mairie de Paris, qui s’est fixée l’objectif de créer 10 000 nouveaux logements par an. Celle-ci envisage d’inciter financièrement les propriétaires à faire des travaux (via Multiloc par exemple) afin de rendre ces chambres de bonnes habitables ou pour regrouper plusieurs logements, certaines chambres n’atteignant pas les 9m2 nécessaires (seuil en-dessous duquel la location est illégale).

Une autre option serait l’acquisition de ces biens par des bailleurs sociaux auprès des propriétaires qui souhaiteraient s’en débarrasser. Cela favoriserait aussi la mixité sociale, la majorité des chambres vides se situant dans les 7e, 8e, 16e et 17e arrondissement, pauvres en HLM. La mairie de Paris a d'ailleurs lancé plusieurs projets de logements sociaux dans ces arrondissements, au risque parfois de créer des remous.

carte_hlm_paris_apur.jpg

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles