"Jungle" de Calais : l'Etat devra procéder à des aménagements

Un homme appelle sa famille restée au Soudan le 5 novembre 2015 dans "la Jungle" à Calais [PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives] Un homme appelle sa famille restée au Soudan le 5 novembre 2015 dans "la Jungle" à Calais [PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives]

L'Etat devra bien procéder à des aménagements sanitaires sur la "Jungle" de Calais, où 4.500 migrants vivent dans des conditions insalubres, a estimé le Conseil d'Etat qui a rejeté lundi l'appel formé par le ministre de l'Intérieur contre une telle condamnation.

Estimant que les conditions de vie dans le bidonville "étaient bien de nature à exposer les migrants (...) à des traitements inhumains ou dégradants", le juge des référés du Conseil d'Etat a rejeté l'appel formé par le ministre de l'Intérieur, après la condamnation à réaliser divers aménagements sanitaires (douches, latrines...) prononcée le 2 novembre par le tribunal administratif de Lille.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles