Une sixième inculpation à Bruxelles pour "attentats terroristes"

Des militaires belges devant le tribunal de Liège le 24 novembre 2015 [ERIC LALMAND / BELGA/AFP/Archives]

Une cérémonie exceptionnelle a débuté peu après 10h30, aux Invalides, en hommage aux 130 victimes des attentats de Paris. L'enquête sur ces actes terroristes se poursuit et Salah Abdeslam et Mohamed Abrini sont toujours activement recherchés.  La DGSE a démenti avoir été avertie de l'imminence d'un attentat.

18h30 : le logeur présumé d'Abaaoud en détention

Jawad Bendaoud, l'homme soupçonné d'avoir fourni un logement de repli à Saint-Denis à deux auteurs des attentats de Paris, dont Abdelhamid Abaaoud, a été placé en détention provisoire. Elle a été ordonné par un juge des libertés et de la détention (JLD) après sa mise en examen mardi, notamment pour association de malfaiteurs criminelle en relation avec une entreprise terroriste, détention en bande organisée d'explosifs et d'armes en relation avec une entreprise terroriste.

16h46 : sixième inculpation à Bruxelles pour "attentats terroristes"

Une sixième personne, interpellée jeudi à Bruxelles, a été inculpée vendredi pour "attentats terroristes" et "participation aux activités d'un groupe terroriste", dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, a annoncé le parquet fédéral belge. Deux autres individus, interpellés jeudi à Verviers ont pour leur part été relâchés. Cinq suspects ont déjà été inculpés ces derniers jours, dont trois hommes soupçonnés d'avoir véhiculé Salah Abdeslam.

16h18 : La Syrie "salue" les déclarations de Fabius

Le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a salué les déclarations de son homologue français Laurent Fabius envisageant pour la première fois que "des forces du régime" syrien puissent être associées à la lutte contre Daesh.

15h59 : 200.000 euros pour les victimes

La Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, présidée par Bernadette Chirac, a annoncé qu'elle débloquait 200.000 euros par le biais de son Fonds d'aide d'urgence pour venir en aide aux victimes des attentats du 13 novembre.

14h30 : deux nouvelles auditions en Belgique

Deux personnes ont été interpellées jeudi à Bruxelles et à Verviers, dans l'est de la Belgique, dans le cadre du volet belge de l'enquête sur les attentats de Paris, l'une en tant que suspect et l'autre en tant que témoin, a indiqué le parquet fédéral belge. Il s'agit de deux frères, a indiqué leur avocate, Aurélie Jonkers, citée par l'agence de presse Belga.

13h34 : Deux nouvelles auditions en cours en Belgique

Deux personnes ont été interpellées jeudi à Bruxelles et à Verviers, dans l'est de la Belgique, dans le cadre du volet belge de l'enquête sur les attentats de Paris, l'une en tant que suspect et l'autre en tant que témoin, a indiqué vendredi le parquet fédéral belge.

13h18 : La DGSE dément avoir été avertie de l'imminence d'un attentat

Dans un communiqué, la DSGE a «formellement démenti l'information selon laquelle elle aurait intercepté le jeudi 12 novembre, la veille des attentats, une communication entre Hasna Ait Boulahcen et un correspondant en Syrie indiquant l'imminence des attentats de Paris». Canal+, dans son émission «Le Petit Journal», assurait jeudi soir que la DGSE avait intercepté le 12 novembre un appel d'Hasna Aitboulahcen vers un correspondant en Syrie à qui elle confiait son intention de commettre un attentat en France. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a assuré quelques instants plus tard dans l'émission «Des paroles et des actes» que la France n'avait pas été prévenue à l'avance.

12h18 : Onfray renonce à publier son essai sur l'islam

Le philosophe a renoncé à publier en France son essai critique sur l'islam car «aucun débat serein n'est plus possible en France» sur ce sujet, a annoncé son éditeur Grasset. «Michel Onfray, convaincu qu'aucun débat serein n'est plus possible en France au sujet de l'Islam dans le contexte actuel, renonce à publier "Penser l'Islam" comme prévu au mois de janvier 2016», a indiqué Grasset. Le livre paraîtra cependant à l'étranger.

12h13 : la France prévient qu'elle dérogera à la convention européenne des droits de l'Homme

La France a informé le Conseil de l'Europe «de sa décision de déroger à la Convention européenne des droits de l'homme», du fait de l'adoption de l'état d'urgence après les attentats de Paris, a annoncé l'organisation paneuropéenne dans un communiqué.

11h27 : Les suspects interpellés à Berlin libérés

Deux personnes interpellées jeudi à Berlin et soupçonnées un temps de préparer un "acte de violence grave" ont été libérées vendredi, a annoncé la police.

11h20 : La Marseillaise clôture la cérémonie 

A l'issue du discours du chef de l'Etat, les chanteurs de l'Académie de l'Opéra de Paris et le Choeur de l'armée française, accompagnés par l'orchestre de la Garde républicaine ont entonné l'hymne national. François Hollande a ensuite quitté les Invalides. 

 

11h16 - François Hollande : «Nous ne céderons ni à la peur, ni à la haine»

«Ceux qui sont tombés le 13 novembre incarnaient nos valeurs, et notre devoir est plus que jamais de les faire vivre. Nous ne céderons ni à la peur, ni à la haine. Et si la colère nous saisit, nous la mettrons au service de la calme détermination à défendre la liberté», a déclaré le président de la République.

11h15 : La «génération» victime des attentats «est aujourd'hui devenue le visage de la France», dit François Hollande

Le président a salué une «génération» qui est «devenue le visage de la France», et en qui il a exprimé sa «confiance». «Malgré les larmes, cette génération est aujourd'hui devenue le visage de la France», a déclaré François Hollande en conclusion de son discours, où il avait souligné que les victimes «avaient tous les âges», mais que «la plupart avaient moins de 35 ans».

11h02 : Le président «promet solennellement» de tout faire pour «détuire l'armée des fanatiques» de Daesh

François Hollande a promis «solennellement» que la France mettrait «tout en oeuvre» pour «détruire l'armée des fanatiques» des responsables des attentats de Paris, revendiqués par Daesh.

10h55 : François Hollande dénonce «une horde d'assassins» ayant agi «au nom d'une cause folle et d'un Dieu trahi»

Le chef de l'Etat a dénoncé dans ses premiers mots marquant l'hommage national «une horde d'assassins» ayant agi «au nom d'une cause folle et d'un Dieu trahi». «Dans un acte de guerre organisé de loin et froidement exécuté, une horde d'assassins a tué 130 des nôtres et en a blessé des centaines au nom d'une cause folle et d'un Dieu trahi. Aujourd'hui, rassemblée, la Nation pleure ses victimes», a déclaré François Hollande dans la cour d'honneur de l'hôtel des Invalides.

10h45 : Lecture des noms et âges des victimes 

Le nom et l'âge des victimes tuées dans les attentats du 13 novembre est égrené un à un pendant la cérémonie d'hommage aux Invalides, devant une assistance debout.

10h38 : «Quand on a que l'amour» de Jacques Brel et «Perlimpinpin» de Barbara interprétés lors de la cérémonie d'hommage

Les chanteuses Camélia Jordana, Yaël Naim et Nolwenn Leroy ont chanté «Quand on a que l'amour» de Jacques Brel aux Invalides tandis que les photos des victimes défilaient sur un écran géant.

Natalie Dessay, accompagnée au piano par Alexandre Tharaud a ensuite interprété «Perlimpinpin» de Barbara.

10h34 : Début de l'hommage de la nation aux victimes des attentats 

François Hollande est arrivé dans la cour d'honneur de l'hôtel des Invalides à 10H33 et s'est placé devant le drapeau tricolore. La Marseillaise a ensuite retenti dans la cour d'honneur.

10h21 : Des armes utilisées par les assaillants achetées en Allemagne

Quatre fusils d'assaut utilisés par les assaillants ayant commis les attentats de Paris auraient été achetés sur Internet à un trafiquant d'armes allemand qui a été interpellé, rapporte le quotidien allemand Bild.

10h00 : Suivez en direct l'hommage national aux victimes des attentats

 

07h59 : Laurent Fabius envisage que les forces du régime syrien participent à la lutte contre Daesh

Le chef de la diplomatie française a pour la première fois envisagé que des forces du régime syrien puissent être associées à la lutte contre Daesh. Pour lutter contre le groupe terroriste, «il y a deux séries de mesures:  les bombardements (...) et des forces au sol, qui ne peuvent pas être les nôtres, mais qui doivent être des forces de l'Armée syrienne libre (opposition), des forces arabes sunnites, et pourquoi pas des forces du régime», a déclaré Laurent Fabius à la radio RTL.

06h00 : Arrestation à Berlin de deux hommes soupçonnés de préparer un «acte de violence grave»

Les deux hommes interpellés à Berlin jeudi à l'issue d'opérations policières ayant visé une association islamique sont soupçonnés d'avoir voulu commettre un "acte de violence grave représentant un danger pour l'Etat", a annoncé la porte-parole de la police berlinoise, Patricia Brämer.

06h00 : le Sénat a adopté jeudi soir à l'unanimité l'augmentation du budget justice

Le Sénat a adopté à l'unanimité l'augmentation des moyens de la justice dans le projet de budget 2016 demandée par le gouvernement à la suite des attentats. «Nous devons intensifier le déploiement de la stratégie judiciaire de lutte contre le terrorisme», a souligné la garde des sceaux Christiane Taubira

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles