Cinq douaniers en garde à vue dans une affaire de stupéfiants

Cinq douaniers ont été placés en garde à vue lundi à Paris en lien avec une affaire de stupéfiants [PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives] Cinq douaniers ont été placés en garde à vue lundi à Paris en lien avec une affaire de stupéfiants [PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives]

Cinq douaniers ont été placés en garde à vue lundi à Paris en lien avec une affaire de stupéfiants, a-t-on appris de sources policières et judiciaire.

"Il s'agit d'une affaire d'indicateur des douanes lié à des affaires de +stups+ remontant à quelques années", a déclaré à l'AFP une source policière. Six douaniers avaient été interpellés, comme l'a révélé iTELE, avant que l'un d'entre eux soit relâché, a ajouté la même source.

Les cinq hommes sont actuellement entendus au 36, quai des Orfèvres par la Brigade de la répression de la délinquance économique (BRDE), en charge de l'enquête, a indiqué une autre source policière. Ces douaniers appartiennent, selon une source proche du dossier, à la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DRNED), qui a été perquisitionnée, a-t-on appris de sources policière et judiciaire.

Contactée par l'AFP, la direction générale des douanes "confirme que des douaniers sont entendus sous le régime de garde a vue et qu'une perquisition a été menée". "Il s'agit d'une affaire ancienne, qui date de 2009", a-t-elle précisé.

"Une enquête a été ouverte par un juge d'instruction, à laquelle la douane collabore. La présomption d'innocence doit jouer. Si des faits sont avérés, la procédure administrative s'enclenchera", a ajouté la même source. "La Douane coopère avec la Justice afin que toute la lumière soit faite dans le cadre de cette enquête", a fait savoir le ministère de l'Economie et des finances, qui a la tutelle des douanes.

"Si les faits sont confirmés, l'administration, sous l'autorité des ministres, prendra les mesures appropriées, pouvant aller jusqu'à la suspension", a poursuivi Bercy. Les douanes comptent actuellement 16.500 agents. Elles bénéficieront en 2016 et 2017 de 1.000 postes supplémentaires afin de mieux lutter contre la menace jihadiste.

Vous aimerez aussi

Le Français Michaël Blanc (G), arrêté à Bali en 1999 avec de la drogue et lourdement condamné, en compagnie de sa mère le 21 janvier 2014 à Jakarta [ROMEO GACAD / AFP/Archives]
Drogue Michaël Blanc a quitté l'Indonésie après 19 ans de combat judiciaire
Drogue Pyrénées-Orientales : pour échapper aux douanes, il saute d'une falaise et se brise le bassin
Espagne Ils se faisaient passer pour des policiers pour voler la drogue des trafiquants

Ailleurs sur le web

Derniers articles