Manifestations en pagaille dans toute la France

Beaucoup d'écoles primaires risquent de rester fermées toute la journée en raison de la grève des enseignants. [KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Plusieurs mouvements aux revendications bien différentes manifestent, mardi. Profitant d’une mobilisation en nombre, ils comptent ainsi exprimer leur mécontentement et obtenir gain de cause auprès des pouvoirs publics.

Les enseignants du collège foulent le pavé à 13h30 à Paris

Pour la quatrième fois en huit mois, les professeurs du secondaire se mettent en grève contre la très contestée réforme du collège. Ils devraient être des milliers  dès 13h30 à Port-Royal, rejoints par les institeurs, qui seront un tiers à ne pas assurer la classe. De nombreuses écoles devraient donc être fermées, obligeant les parents à s’organiser.

Le cortège partira ensuite vers Montparnasse. Le texte, dont l’application est prévue pour la rentrée 2016, prévoit d’instaurer une part d’autonomie aux établissements et de supprimer les classes bilingues. Les enseignants devront également imaginer des cours mixant les disciplines. Les syndicats avancent entre autres ne pas avoir le temps nécessaire pour mettre en oeuvre un tel programme.

Les fonctionnaires manifestent dans les rues de la capitale dès 14h

Les agents du service public ont prévu de se rassembler à 14h à Montparnasse, à Paris. A cause de la mobilisation, l’activité de certains hôpitaux pourrait être ralentie. Des crèches risquent également de rester fermées toute la journée.

Soumis à un régime de rigueur depuis 2010, les 5,6 millions de fonctionnaires dénoncent le gel du point d’indice servant à calculer le leur salaire de base. Ils auraient ainsi perdu, «compte tenu de l’inflation, 8 % de leur pouvoir d’achat», selon FO. Les grévistes contestent également la perte d’emploi dans certains secteurs, comme les hôpitaux.

Les taxis bloquent la circulation dès 6h près des aéroports

Le trafic sera compliqué dans les grandes villes, puisque des milliers de taxis sont appelés à se mobiliser. Dès 6h, ils vont mener des opérations de blocage autour des aéroports parisiens de Orly et Roissy. La préfecture de police de la capitale recommande également d’éviter de circuler Porte Maillot et à Bercy, où les taxis ont prévu de converger dans la journée.  

Dans leur ligne de mire : les voitures de transport avec chauffeur (VTC), accusées de concurrence déloyale. Certaines compagnies de taxi chiffrent leur manque à gagner autour de - 30 %. Les  taxis demandent ainsi au gouvernement de suspendre l’activité des VTC ou, le cas échéant, de «réparer le préjudice économique subi».

Les contrôleurs aériens limitent de 20% le trafic dans les aéroports

La journée sera compliquée dans les airs, où un vol sur cinq a été annulé préventivement, en raison de la grève des contrôleurs aériens. Les passagers ont été invités à se renseigner auprès de leur compagnie aérienne. 

Attachés à leur régime spécial de primes, qui représentent la moitié de leur salaire, les aiguilleurs souhaitent être exclus de la refonte du système de primes de la fonction publique, qui, selon eux, lèserait leur pouvoir d’achat. Ils déplorent également la suppression de 1 000 postes en moins de dix ans.

Les agriculteurs multiplient les blocages sur les routes

Depuis une semaine, la contestation des éleveurs de porc et des producteurs de lait s’amplifie, notamment en Bretagne.Ils demandent aux pouvoirs publics de faire face aux prix très bas, inférieurs aux coûts de production auxquels les marchandises sont achetées par les industriels de la transformation.

De même, les producteurs de foie gras se sont regroupés sur Facebook pour dénoncer la prise d’un arrêté, aujourd’hui, imposant la fin de la production de palmipèdes durant au moins cinq mois face à la propagation de la grippe aviaire dans le sud-ouest. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles