Des lycées veulent autoriser les élèves à fumer dans la cour

Les proviseurs ne savent plus à quelle directive se vouer concernant la tabagie de leurs élèves. [JACQUES DEMARTHON / AFP]

Dans une lettre adressée à Matignon, le SNPDEN, le principal syndicat de chefs d'établissement, demande au gouvernement une clarification sur l’attitude à adopter vis à-vis des élèves fumeurs.

En effet, alors que l’exécutif souhaite reconduire l’état d’urgence pour au moins trois mois dans les prochains jours, les proviseurs ne savent plus à quelle directive se vouer concernant la tabagie de leurs élèves. Avant le 13 novembre, les fumeurs se pressaient à la sortie. Désormais, de tels regroupements sont considérés comme des cibles potentielles.

A lire aussi : Fumer nuit aussi à la santé des chats et des chiens

Or d'un côté, l'Éducation nationale autorise les proviseurs à définir des zones spécifiques dans les établissements pour éviter que les élèves ne sortent et soient potentiellement exposés. Et de l'autre, le ministère de la Santé rappelle que si des élèves consument leur cigarette à l'intérieur, le responsable d'un lycée est passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 750 euros et le fumeur 450 euros.

A lire aussi : Le président du Turkménistan interdit de fumer dans tout le pays

Selon RTL, certains directeurs d’établissements n’ont pas attendu l’arbitrage du gouvernement pour aménager des espaces dans la cour de récréation. La radio évoque même le cas d’un lycée du XIe  arrondissement qui a privatisé une  des cours de son établissement pour ses quelques… 600 fumeurs. La directrice du lycée dit préférer les amendes à la mise en danger de ses élèves.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles