Centrafrique : Hollande veut des sanctions exemplaires si les faits sont avérés

"On ne peut pas et je ne peux pas accepter qu'il y ait la moindre tache sur la réputation de nos armées, c'est-à-dire de la France", a insisté le chef de l'Etat et des armées.[AFP]

Le président français François Hollande a déclaré vendredi à Washington que si les allégations «d'abus sexuels innommables» visant des soldats français engagés en Centrafrique étaient confirmés, «c'est l'honneur de la France qui serait engagé».

"On ne peut pas et je ne peux pas accepter qu'il y ait la moindre tache sur la réputation de nos armées, c'est-à-dire de la France", a insisté le chef de l'Etat et des armées lors d'une déclaration à la presse en marge d'un sommet sur la sûreté nucléaire.

A lire aussi : Le pape ouvre la "porte sainte" de la cathédrale de Bangui

"Ce serait l'honneur de la France qui serait engagé et c'est pourquoi la plus grande exigence de vérité et la plus grande affirmation du refus de toute impunité doivent être exprimées aujourd'hui par la voix du chef de l'Etat", a poursuivi François Hollande.

"Des allégations ont été proférées sur des abus sexuels innommables auxquels se seraient livrés des éléments venant de l'opération Sangaris et des Nations unies", a-t-il rappelé.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles