Un jugement des prud'hommes de Paris fait polémique

Les prud'hommes de Paris avaient été saisis en juillet dernier par l’employé.[FRED TANNEAU / AFP]

Appelé à se prononcer sur le cas d'un coiffeur licencié et traité de «PD» par son ancien employeur, le conseil des prud’hommes de Paris a retenu le caractère abusif du licenciement mais n’a pas considéré l’insulte proférée comme homophobe.

«En se plaçant dans le contexte du milieu de la coiffure, le Conseil considère que le terme "PD" employé par la manager ne peut être retenu comme propos homophobe, car il est reconnu que les salons de coiffure emploient régulièrement des personnes homosexuelles [...] sans que cela ne pose de problèmes», a étonnamment écrit le tribunal. Le salarié a fait appel de la décision et saisi le Défenseurs des droits.

Les prud'hommes de Paris avaient été saisis en juillet dernier par l’employé après que ce dernier a reçu par erreur un sms de sa patronne dans lequel était écrit : «Je ne le garde pas. Je ne le sens pas ce mec. C’est un PD, ils font tous des coups de p…».  Le lendemain, la période d’essai du jeune homme était rompue.

"Je trouve cela profondément scandaleux (...), choquant", a déclaré la ministre du Travail Myriam El Khomri interrogée à ce sujet sur RTL.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles