Notre-Dame-des-Landes : un chantier en attente et des opposants toujours mobilisés

Le gouvernement a entamé les discussions en vue de l'évacuation du site, mais les opposants au projet d'aéroport entendent bien maintenir la pression. Le gouvernement a entamé les discussions en vue de l'évacuation du site, mais les opposants au projet d'aéroport entendent bien maintenir la pression. [JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP]

Tout reste à faire sur le terrain. Conséquence de la victoire du «oui» à la consultation populaire de dimanche, le gouvernement a entamé les discussions en vue de l'évacuation du site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).

C'est ce qu'a affirmé lundi la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal. «Le gouvernement fera appliquer le verdict des urnes», a promis Manuel Valls, soulignant que les centaines d’occupants installés illégalement sur les lieux «devront partir d’ici le début des travaux», prévu «dès l’automne prochain».

A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes : le projet d'aéroport approuvé à 55,17 %

Un calendrier validé par les collectivités locales, mais jugé irréalisable par les opposants au projet, notamment car des recours administratifs concernant les espèces protégées du site (dont le campagnol amphibie) n’ont pas encore été examinés. En outre, une procédure d'infraction pour non-respect de la réglementation européenne, ouverte par Bruxelles contre la France, est toujours en cours.

En attendant, les militants anti-aéroport ont déjà appelé leurs soutiens à converger vers Notre-Dame-des-Landes les 9 et 10 juillet pour le «FestiZAD», un grand rassemblement d’été annuel contre le projet. Le bras-de-fer semble donc se poursuivre.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles