Une plainte contre un député pour atteinte à la vie privée de Salah Abdeslam

Le régime de l’isolement est prévu par le code de procédure pénale dans un souci de «protection ou de sécurité». [ERIC FEFERBERG / AFP]

Le récit détaillé des conditions de détention de Salah Abdeslam à Fleury-Mérogis a fait grand bruit. Les suites judiciaires que souhaite lui donner l’avocat du terroriste devraient en faire tout autant.

Le député des Hauts-de-Seine, Thierry Solère, s’était rendu le 29 juin à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis pour «mesurer l'ampleur du dispositif qui entoure la détention» du seul membre encore en vie du commando responsable des attentats du 13 novembre. Il s'était publiquement étonné de constater qu'une cellule avait été transformée en salle de sport exclusivement réservé à Salah Abdeslam.

Qui plus est, cette salle de sport spéciale est équipée d'un rameur pour faire de l'exercice, et un autre équipement de musculation est commandé, selon un article publié dans le Journal du dimanche, qui avait accompagné Thierry Solère dans sa visite. Le JDD précise que Salah Abdeslam dispose aussi «sur le toit», d'un «petit espace de promenade à son seul usage», sous surveillance vidéo.

Un référé liberté

Un luxe de détail sur des conditions de détention qui a ulcéré l’avocat de Salah Abdeslam, Me Frank Berton, qui a dénoncé mardi soir le fait que le parlementaire ait pu visionner les images de la vidéo-surveillance dont le détenu fait l'objet 24 heures sur 24, pour en faire le récit public, en livrant notamment des détails de sa vie privée, du brossage de ses dents, à ses tenues vestimentaires, en passant par la pratique de sa religion.

Frank Berton entend donc poursuivre Thierry Solère. Il déposera le 11 juillet un référé liberté devant le tribunal administratif pour atteinte au respect du droit à la vie privée.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles