Attentat de Nice : des avancées notables dans l'enquête

[BORIS HORVAT / AFP]

Une semaine après la tuerie de Nice, l'enquête a franchi une étape importante ce jeudi. Le parquet a ouvert une information judiciaire et a demandé la mise en détention de cinq suspects. François Molins a révélé plusieurs éléments qui confirment que Lahouaiej Bouhlel avait «envisagé et mûri» son geste depuis plusieurs mois.

Selon François Molins, le procureur de la République à Paris, «les investigations menées depuis la nuit du 14 juillet dernier n'ont cessé d'avancer et ont permis non seulement de confirmer plus encore le caractère prémédité du passage à l'acte mortifère de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, mais également d'établir que ce dernier avait pu bénéficier de soutiens et de complicités dans la préparation et la commission de son acte criminel», a souligné le procureur, en évoquant l'exploitation des données téléphoniques et informatiques.

A lire aussi : Attentat de Nice : qui sont les victimes ?

Il a cité à l'appui de ce point de vue, des clichés «révélateurs» pris en 2015 et 2016. Notamment des photographies de foule le 14 juillet 2015 à Nice, un article sur le captagon, une drogue utilisée par les djhiadistes de Daesh, ou encore un article de Nice Matin titré «Il fonce volontairement sur une terrasse de restaurant».

Le procureur de la République à Paris, François Molins, a également évoqué le sort de cinq suspects, Ramzi A., franco-tunisien né le 28 novembre 1994 à Nice, de Chokri C., Tunisien né le 11 juillet 1979, d'Artan H., Albanais né le 30 janvier 1978, de Mohamed Oualid G., franco-tunisien né le 19 février 1976 et d'Enkeledja Z., née le 3 mars 1974, de nationalité française et albanaise.

C'est grâce à des éléments de téléphonie qu'ils ont été interpellés, l'enquête établissant de nombreux contacts entre eux et que les liens entre Lahouaiej Bouhlel et ses complices présumés transparaissent aussi sur les éléments dans le camion et sur la fourniture d'armes. Ramzi A., semble avoir échangé plus de 1.200 fois depuis un an avec Lahouaiej Bouhlel. Il était le destinataire d'un SMS envoyé avant l'attentat par le tueur qui, notamment, le félicite pour le «pistolet» qu'il lui a fourni la veille et évoque une autre livraison d'armes.

Dans ses auditions, le jeune homme a désigné le fournisseur du pistolet comme étant un Albanais de 38 ans, arrêté avec sa compagne, ainsi que celui que Lahouaiej Bouhlel présente dans son SMS comme le destinataire d'autres armes. Mercredi, une kalachnikov a été saisie dans une cave à Nice lors d'une perquisition en lien avec le suspect de 22 ans.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles