Le risque d'attentat est renforcé par «l'affaiblissement» de Daesh, selon François Molins

Selon François Molins, 2.000 Français sont partis, en transit ou souhaitent se rendre en Syrie.[AFP]

«L'affaiblissement de Daesh renforce le risque d'attentat» en France, estime, dans un entretien au Monde vendredi, le procureur de la République de Paris François Molins, qui met en garde contre la menace du retour des combattants français jihadistes.

«Quand les organisations terroristes sont en difficulté sur zone, elles recherchent l'occasion de commettre des attaques à l'extérieur», relève François Molins. L'organisation jihadiste, qui a revendiqué notamment les attentats de novembre 2015 à Paris (130 morts) et l'attaque de Nice en juillet dernier (86 morts), a essuyé récemment plusieurs revers militaires en Irak et en Syrie.

A lire aussi : Syrie : Daesh bannit les arbitres de football

Le nombre de procédures engagées ne cesse de progresser

Deuxième inquiétude, «la menace du retour: on sera à un moment ou à un autre confronté au retour d'un grand nombre de combattants français et de leurs familles», ajoute le magistrat.

Selon François Molins, 2.000 Français sont partis, en transit ou souhaitent se rendre en Syrie, dont environ 700 sont sur zone. Le nombre de procédures engagées ne cesse de progresser: 982 personnes font ou ont fait l'objet d'enquêtes judiciaires: 280 sont aujourd'hui mises en examen, dont 167 placées en détention, et 577 font l'objet d'un mandat de recherche ou d'un mandat d'arrêt.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles