Santé : le programme de François Fillon

«En fin de quinquennat, l'objectif est d'aboutir à un reste à charge 0 pour les audioprothèses, l'optique, les prothèses dentaires et les dépassements d'honoraires» explique François Fillon.[PHILIPPE HUGUEN / AFP]

François Fillon a dévoilé des propositions en matière de santé, avec la volonté de rassurer un électorat que son projet initial, qualifié de «radical» par le candidat lui-même, avait heurté.

«Les Français sont pessimistes pour l'avenir d'un système de santé auquel ils sont profondément attachés. Je veux apporter une réponse forte à ces inquiétudes», assure dans une synthèse de ses propositions François Fillon, dont l'objectif affiché reste le même : «ramener l'assurance maladie à l'équilibre d'ici à 2022 en faisant 20 milliards d'économies en cinq ans».

A lire aussi : Suivre la présidentielle en direct

Le candidat de la droite assure cependant que «le niveau de prise en charge des dépenses» par l'assurance maladie «ne diminuera pas» et «pose l'objectif d'ici à 2022 d'un reste à charge 0 pour les dépenses les plus coûteuses grâce à un nouveau partenariat entre la Sécurité sociale et les organismes complémentaires».

Parmi les mesures qu'il propose figurent la mise en place d'une Agence de garantie de la couverture solidaire des dépenses de santé, un grand plan santé à l'école, la prise en charge «à 100%» des lunettes pour enfants «dès 2017», «une consultation de prévention longue et gratuite tous les deux ans, pour tous les Français», ou encore une augmentation des «aides à l'acquisition d'une complémentaire santé» pour les retraités «les plus modestes».

A lire aussi : Santé : le programme d'Emmanuel Macron

Régionaliser le numerus clausus

«En fin de quinquennat, l'objectif est d'aboutir à un reste à charge 0 pour les audioprothèses, l'optique, les prothèses dentaires et les dépassements d'honoraires», énonce aussi François Fillon, assurant que «la hausse des cotisations sera maîtrisée». Il promet aussi la suppression de l'Aide médicale d'Etat (AME) «pour mettre fin à la pression de l'immigration irrégulière» sur ce système.

Face au problème des «déserts médicaux», il propose également d'«inciter les médecins à s'installer dans les zones déficitaires» et de «régionaliser le numerus clausus des étudiants en médecine». François Fillon réaffirme sa volonté de supprimer la généralisation du tiers-payant mis en place par le gouvernement socialiste, qu'il rend également responsable du «profond malaise» des professionnels de santé. «Depuis cinq ans, il a mené une étatisation rampante de la médecine libérale et stigmatisé l'hospitalisation privée», accuse-t-il.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles