Présidentielle 2017 : le programme de Philippe Poutou

Philippe Poutou se présente pour la deuxième fois à l'élection présidentielle. [JOEL SAGET / AFP]

Remarqué lors de l’unique débat à onze de l’élection présidentielle, Philippe Poutou (NPA) se revendique comme le «candidat des ouvriers». Avec des propositions résolument sociales, il entend «défendre les petits travailleurs» contre «l’exploitation capitaliste».  

Interdiction des licenciements, des suppressions de poste et des contrats précaires

Pour lutter contre le fléau du chômage, Philippe Poutou veut, comme Nathalie Arthaud (candidate LO), interdire aux entreprises de licencier ou de supprimer des postes. En ce sens, les sociétés qui «détruisent des emplois doivent être réquisitionnées et mises sous le contrôle des salarié(e)s».

Il souhaite également faire du CDI le seul contrat de travail possible, et mettre fin aux temps partiels imposés et au «pseudo-statut d’auto-entrepreneur».

Enfin, Philippe Poutou plaide pour la création d’un million d’emplois dans les services publics.

Augmentation des salaires et Smic à 1.700 euros net

Le candidat du NPA entend lutter contre la précarité et l’augmentation des travailleurs pauvres. Pour cela, il veut augmenter tous les salaires de 300 euros et porter le Smic à 1.700 euros nets (contre 1.150 euros nets aujourd’hui).

Semaine de 32 heures

Autre mesure phare du programme : la réduction du temps de travail. Philippe Poutou souhaite porter la durée légale du temps de travail à 32 heures sur quatre jours, sans perte de salaire, et à 30 heures pour les emplois les plus pénibles.

Sur son site, le candidat du NPA explique que cette mesure permettra à la fois aux salariés de profiter de davantage de temps libre et surtout de diminuer considérablement le chômage. Car la réduction du temps de travail proposée devra en effet être «compensée intégralement par des embauches».

Retour de la retraite à 60 ans

Philippe Poutou prône le retour de la retraite à 60 ans avec 37,5 annuités. Il plaide également pour un meilleur niveau de rémunération : les retraites complètes doivent être égales au salaire et les autres retraites doivent correspondre aux meilleures années.

Plan d’urgence pour les hôpitaux

Face au malaise du secteur hospitalier, le candidat propose un plan d’urgence. Ce dernier prévoit la création de 120.000 emplois «pour maintenir des établissements de proximité comprenant au moins un service d’urgence, une maternité et un service de chirurgie», ainsi que la création de centres de santé de proximité ouverts 24 heures sur 24.

De manière plus générale dans le domaine de la santé, Philippe Poutou souhaite la gratuité intégrale des soins de santé (remboursement à 100% par la Sécurité sociale) et des médicaments prescrits et utiles. 

200.000 logements sociaux par an

Evoquant une situation dramatique sur le front du logement, Philippe Poutou souhaite construire 200.000 logements sociaux chaque année et réquisitionner les logements et immeubles de bureaux inoccupés.

Pour donner aux Français les moyens de se loger dignement, il entend mettre en place un véritable blocage des loyers, qui ne devront pas dépasser 20% du revenu.

Sécurité : désarmer la police

Philippe Poutou souhaite désarmer la police dans le but «d’apaiser le climat social» alors que des affaires de violences policières ont occupé récemment la sphère médiatique. Cette mesure inclut aussi bien les armes létales que les tasers. «La police qui est au contact de la population, notamment toutes les brigades spécialisées qui quadrillent les quartiers populaires  au nom du sécurité, celles-là il faut les désarmer », précisait-il ainsi le 25 février dernier sur le plateau d’ «On n’est pas couché». Dans son programme, le candidat souligne par ailleurs que plusieurs pays scandinaves et les Pays-Bas ont banni l’usage des armes à feu par les forces de l’ordre.

Ecologie : 100% d’énergies renouvelables en 2050

Sur les questions écologiques, le candidat du NPA est proche de Benoît Hamon et de Jean-Luc Mélenchon. Comme eux, il plaide pour la sortie du nucléaire. Il propose en ce sens d’atteindre le seuil de 100% d’énergies renouvelables en 2050, l’arrêt de la construction de l’EPR de Flamanville ainsi que la fermeture immédiate de tous les réacteurs vieux de plus de trente ans. Pour y parvenir, Philippe Poutou affirme que les groupes privés du secteur devront être «expropriés» en faveur d’un nouveau «service public unifié de l’énergie».

Institutions : supprimer la fonction présidentielle

Sur le front des institutions, Philippe Poutou prône une vaste remise à plat du système politique avec la mise en place d’une démocratie directe qui passe donc par l’abrogration de la Ve République.

Il entend ainsi supprimer la fonction présidentielle, affirmant même ne pas «vouloir être président», ainsi que le Sénat, qu’il définit comme une «assemblée de notables élus par les notables».

Il insiste également sur la nécessité de donner le pouvoir «au camp social» plutôt qu’à une certaine «caste politique». En ce sens, il propose de limiter l’indemnité des députés au montant du salaire moyen d’un ouvrier ou d’un employé,  veut interdire le cumul des mandats et limiter à deux le nombre de mandats consécutifs pour une même fonction. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles