Election présidentielle : l'équipe Macron dénonce un «piratage massif»

Photomontage du 30 avril 2017 présentant le candidat centriste Emmanuel Macron (G) à l'élection présidentielle et la candidate d'extrême droite Marine Le Pen (D)  [Eric FEFERBERG, ALAIN JOCARD / AFP/Archives] Photomontage du 30 avril 2017 présentant le candidat centriste Emmanuel Macron (G) à l'élection présidentielle et la candidate d'extrême droite Marine Le Pen (D) [Eric FEFERBERG, ALAIN JOCARD / AFP/Archives]

Au dernier jour de la campagne, Marine Le Pen a reçu vendredi un accueil houleux à Reims et l'équipe d'Emmanuel Macron a dénoncé une «opération de déstabilisation» via un «piratage massif» de documents internes.

La campagne officielle a pris fin vendredi soir à minuit. Quelques minutes auparavant, plusieurs gigas de documents internes (mails, documents comptables...) de l'équipe de M. Macron ont été publiés sur les réseaux sociaux, via un lien diffusé par le site WikiLeaks, et abondamment relayés par l'extrême droite sur Twitter. WikiLeaks a assuré ne pas être à l'origine de cette opération qu'il a baptisée «MacronLeaks».

L'équipe du candidat a dans la foulée dénoncé une «action de piratage massive et coordonnée», estimant que cette opération, «intervenant dans la dernière heure de la campagne officielle», «relève manifestement de la déstabilisation démocratique». L'équipe de Marine Le Pen a également réagi, comme Florian Philippot sur Twitter.

La candidate du FN votera dimanche dans son fief d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). De son côté, M. Macron est au Touquet (Pas-de-Calais), où il votera dimanche avant de regagner Paris.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles