Fera-t-il beau cet été ?

Pour le moment, la tendance semble suggérer que l'été sera beau sans être "exceptionnellement chaud". [193584 /Pixabay]

Savoir le temps qu’il fera cet été est LA préoccupation des Français qui préparent leurs vacances. Les premières tendances se dessinent déjà.

Si rien n’est certain pour le moment, il semblerait que la France et l'Europe se dirigent vers un été chaud, au-delà des normes saisonnières.

Après le mois de mai très chaud auquel l'Hexagone a eu le droit, les simulations de Météo France prévoient pour le trimestre estival (juin, juillet et août) «la probabilité de température plus élevées que la normale», en particulier sur le sud de l'Europe et le pourtour méditerranéen.

Une chance sur deux

De leur côté, les Français ont 50% de chance de vivre un été bien plus chaud qu'à la normale. Néanmoins, l'institut n'écarte pas l'hypothèse que la France voie les températures baisser, et évalue à 20% la probabilité d'un scénario plus froid qu'en moyenne. Dans le sud de la France, et de l'Europe, les chances de vivre un été plus chaud que la normale grimpent à 60%.

«Il faut bien faire attention à l'interprétation des informations données» déclare un agent de Météo France, car même si l'agence annonce que les trois prochains mois seront chauds, des périodes nuageuses voire pluvieuses peuvent très bien venir perturber le ciel bleu. «On peut aussi rester au-dessus des normales saisonnières tout en restant très proche de la normale» avertit le spécialiste.

meteo_france.png

Les tendances annoncées ont été prévues à partir de données météorologiques calculées sur différents modèles, français, européens, mais aussi américains et japonais. Les prévisions sur plusieurs mois à l'avance se font si les différents résultats vont globalement dans le même sens. Sur le nord-est de l'Europe, les modèles de Météo France n'ont par exemple «pas de scénario privilégié» à proposer. 

Pour rappel, la météo n'est pas une science exacte et les cartes à long terme ne permettent de donner que des tendances générales et floues tant en termes de températures que de précipitations, «déjà à J+8 ou à J+9, on commence à perdre des informations» confirme Météo France.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles