Législatives : Hamon, Cambadélis, Mennucci... ces poids lourds éliminés dès le premier tour

Candidat sortant à Trappes dans les Yvelines, l'ex-candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon serait éliminé dès le premier tour. [AFP]

Ils ont été ministres, candidats à la présidentielle ou responsables de campagne et sont éliminées dès le premier tour des élections législatives. Un cruel épilogue. 

Benoît Hamon

L'ancien candidat du Parti socialiste à la présidentielle et député sortant des Yvelines, Benoît Hamon, a été éliminé dimanche dès le premier. «Ce soir les électeurs de la 11e (circonscription) du 78 ont choisi de ne pas me renouveler leur confiance», a tweeté M. Hamon un peu avant 23h.

«Ce fut un honneur de les représenter» pendant cinq ans, a-t-il aussi écrit sur le réseau social, au dessus d'une photo de résultats partiels de la onzième circonscription des Yvelines. Selon les résultats postés, M. Hamon arrive en troisième position avec 22,61% des voix. «Il est derrière à 80 voix», a affirmé son entourage.

Jean-Christophe Cambadélis

Avec moins de 10% des voix selon des résultats encore provisoires, le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis est lui aussi éliminé dès le premier tour dans la 16e circonscription de Paris, dont il était le député depuis 1997. Peu après l'annonce de ces résultats, ce dernier a regretté un «recul sans précédent de la gauche dans son ensemble et du PS en particulier». Le premier secrétaire du PS a ainsi salué «tous ses candidats qui se sont battus dans une conjoncture souvent désespérée. Le tourbillon était trop puissant».

Aurélie Filippetti 

L'ancienne ministre Aurélie Filippetti a estimé dimanche soir, en annonçant elle-même sa défaite dès le premier tour des législatives, qu'avec une bonne partie du PS, c'est «la gauche qui disparaît de l'Assemblée nationale».

«C'est évidemment une grande déception mais c'est difficile de résister contre une vague», a-t-elle lancé sur France 2, en estimant que «quand la gauche n'assume plus ses valeurs de gauche, elle est battue».

Patrick Mennucci 

Le candidat PS sortant Patrick Mennucci à Marseille a de son côté annoncé son élimination dès le premier tour, où il affrontait notamment le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, regrettant que son bilan n'ait pas «pu résister aux dynamiques politiques auxquelles [il devait] faire face».

«A l'heure où je vous parle, sans appel, je ne suis pas qualifié pour le second tour des élections législatives dans la 4e circonscription des Bouches-du –Rhône» a déclaré sur TF1 Patrick Mennucci, expliquant que le lien qu'il avait «tissé avec les électeurs de [sa] circonscription n'était sans doute pas suffisamment fort pour résister à la recomposition politique actuelle».

Juliette Méadel 

Juliette Méadel ne termine que cinquième du premier tour dans sa circonscription de Seine-et-Marne. L'ancienne secrétaire d'État chargée de l'Aide aux victimes n'obtient que 8,3% des voix derrière la candidate LREM (38,12%) et le candidat de La France insoumise (15,02%), mais aussi derrière l'UDI (12,77%) et le FN (11,11%).

Nicolas Bay 

Nicolas Bay, responsable de la campagne législative du Front national, a été éliminé dimanche à vingt voix près, à l'issue du premier tour de l'élection législative dans la 6e circonscription de Seine-Maritime, selon les résultats définitifs.

Avec 22,78% des suffrages, Nicolas Bay est arrivé en 3e position derrière le candidat de la République en marche Philippe Dufour (26,87%) et celui du PCF Sébastien Jumel (22,82%). Seules vingt voix séparent MM. Jumel et Bay. La députée sortante, Marie Le Vern (PS), a obtenu 9,56%.

Matthias Fekl 

L'ancien ministre de l'Intérieur Matthias Fekl (PS) a été éliminé dimanche dans la deuxième circonscription de Lot-et-Garonne, selon les résultats définitifs. Le candidat socialiste est arrivé troisième, derrière celui de la République en marche Alexandre Freschi (28,39%) et la représentante du Front national Hélène Laporte (20,32%). L'ancien ministre rassemble 17,00% des suffrages exprimés mais, du fait de l'abstention, échoue nettement en dessous des 12,5% des inscrits.

Cécile Duflot 

L'ex-ministre et ancienne secrétaire nationale d'EELV Cécile Duflot a été éliminée dimanche au premier tour des élections législatives dans la 6e circonscription de Paris, dont elle était la députée sortante, selon des résultats encore partiels.

Mme Duflot s'est classée derrière Pierre Person (La République en marche), largement en tête avec plus de 38% des voix, et Danielle Simonnet (La France insoumise, environ 20%), tous deux qualifiés pour le second tour.

Emmanuelle Cosse

Emmanuelle Cosse, l'ex-ministre écologiste du Logement, a annoncé dimanche sur Facebook son élimination au premier tour des élections législatives dans la 3e circonscription de Seine-Saint-Denis.

La conseillère régionale d'Ile-de-France a appelé les électeurs à se mobiliser au second tour «pour défendre les valeurs de la gauche et de l'écologie», pour qu'elles ne soient pas «absentes de la représentation nationale» et «au-delà des étiquettes, à prendre en compte la qualité des candidats qu'ils souhaitent envoyer à l'Assemblée nationale».

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles