Législatives : La débâcle historique du Parti Socialiste

Lui qui contrôlait la moitié de l’Assemblée sortante, n’obtiendrait qu’entre 20 et 35 sièges.[PHILIPPE LOPEZ / AFP]

Selon les dernières estimations, le Parti Socialiste (PS) récolterait entre 9 et 10,2% des suffrages lors de ce premier tour des législatives.

Lui qui contrôlait la moitié de l’Assemblée sortante, n’obtiendrait qu’entre 20 et 35 sièges. Autrement dit, presque deux fois moins que lors de la débâcle de 1993. Il serait devancé en voix par «La France insoumise» (11%) de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Christophe Cambadélis a reconnu «un recul sans précédent de la gauche et du Parti Socialiste».

«Ce soir, tout indique que la majorité absolue est d'ores et déjà acquise pour 'La République En Marche'», a souligné Jean-Christophe Cambadélis, qui était candidat à Paris. 

«Une crise profonde»

Julien Dray a quant à lui estimé que le parti socialiste traversait «une crise politique profonde» et a appelé à «refonder l'identité socialiste», à l'issue du premier tour des élections législatives.

«C'est une crise politique profonde, d'abord il faut attendre le 2e tour (...) il faut continuer à se battre et après il va falloir retravailler profondément à refonder ce qui a été l'identité socialiste», a déclaré le conseiller régional d'Ile-de-France sur France 2.

«L'unanimisme est le terreau de l'aveuglement et le ferment des tensions», a-t-il prévenu.

Ce score s'inscrit dans la continuité du premier tour de l'élection présidentielle, le 24 avril dernier. Benoît Hamon, candidat officiel du PS, n'avait obtenu que 6,35% des voix.

«Cet échec est une profonde meurtrissure, avait-il réagi depuis son QG. Je mesure la sanction historique légitime que vous avez exprimée envers le PS

Mais c’est surtout l’abstention qui est écrasante, puisqu’un électeur sur deux aurait boudé les urnes. Une première dans l’histoire de la Ve République.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles