Tentative d'attentat sur les Champs-Élysées contre des gendarmes

[Thomas Samson / AFP]

Un homme a percuté en voiture un fourgon de la gendarmerie sur le rond-point des Champs-Élysées à Paris ce lundi après-midi, sans faire de blessés. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb a évoqué devant la presse une «tentative d'attentat» et a annoncé la mort de l'assaillant.

La voiture s'est embrasé aussitôt après la collision, sans faire de blessés. Le conducteur, un Français de 31 ans, est mort. Des bonbonnes de gaz, des armes de poing et une kalachnikov ont été retrouvées dans le véhicule. Lors d'un point presse, Gérard Collomb a ajouté que de «l'explosif» avait également été trouvé à l'intérieur de la voiture. La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête de flagrance. «Une nouvelle fois, les forces de sécurité en France ont été visées» a relevé le ministre de l'Intérieur.

Une perquisition était en cours lundi soir au Plessis-Pâté, dans l'Essonne, au domicile de l'auteur de l'attentat.

Sur son compte Twitter, la préfecture de Police de Paris avait indiqué très peu de temps après les faits qui se sont produits vers 16h qu'une opération était en cours, sans donner plus d'informations, recommandant aux parisiens d'éviter le secteur des Champs-Elysées. Trente minutes plus tard, elle se voulait rassurante, évoquant une «situation maîtrisée» et indiquant qu'aucune personne n'avait été blessé dans l'incident.

Un important dispositif de sécurité a été déployé autour du rond point qui se trouve à quelques centaines de mètres de l'Elysée. Les badauds, nombreux sur cette avenue fréquentée ont été repoussé dès le début de l'incident. La station Champs-Elysées Clémenceau de la ligne 1 du métro parisien, dont le tracé épouse une partie de l'avenue des Champs-Elysées, a été fermée. La ligne 13 également. Les correspondances ne sont pas assurés. Un peu plus tard, la RATP annonçait également la fermeture de la station Concorde par laquelle passent les lignes 1,8 et 12 du métropolitain.

 

Le 20 avril, les Champs-Elysées avaient déjà être le théâtre d'un attentat lorsque Karim Cheurfi avait tué par balles un policier et en avait blessé deux autres, avant d'être abattu.

À suivre aussi

France Paris : un migrant retrouvé pendu dans un jardin public
Innovation Paris teste de nouveaux «îlots de frais» avant-gardistes
Paris Violences sur un aveugle et son accompagnateur à Paris : le chauffeur jugé ce mardi

Ailleurs sur le web

Derniers articles